Guiss Sa Yonne (Trouver Sa Voie)

D'après le Coran et la Sounnah selon la Compréhension des Pieux Prédécesseurs
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Statut de la femme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
soumayya

avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : foofou noonou!!!
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Statut de la femme   Sam 19 Jan 2008 - 8:14

Le Statut de Femmes avant et après l’islam

Shaikh Salih Al-Fawzan

  • Le statut de la Femme avant l’islam :
Ce qui est signifié par "avant
l’islam" est la période nommée Jahiliya (les jours d'ignorance),
que vivaient les gens du monde entier et particulièrement les Arabes. Car ils
n'ont pas eu de messagers parmi eux et ils étaient dépourvus de toute guidée.
Et comme il est exposé dans le hadith :


« Allah les a regardés - Arabes et
non-Arabes - et les a détestés, à part quelques-uns des Gens du Livre (qui
étaient restés sur le vrai message). »


Dans la plupart des cas, la femme de
cette période vivait dans des conditions critiques – particulièrement celles
dans les sociétés arabes, qui détestaient la naissance d’une fille. Ainsi,
certains parmi les Arabes enterreraient leur fille alors qu'elle était vivante
jusqu'à ce qu’elle meurt sous terre. Et certains parmi eux les laissaient vivre
seulement pour une vie d'humiliation et de dégradation. Allah dit :

« Et lorsqu’on annonce à l’un d’eux une fille, son visage s’assombrit et une rage
profonde [l’envahit]. Il se cache des gens, à cause du malheur qu’on lui a annoncé.
Doit-il la garder malgré la honte ou l’enfouira-t-il dans la terre ? Combien
est mauvais leur jugement ! »
[Sourate Nahl : 58-59]
« et qu’on demandera à la fillette enterrée vivante pour quel péché
elle a été tuée. »
[Sourate At-Tawkir : 8-9]

Le mot maw'uda fait référence à la petite fille (encore bébé)
enterrée vivante et laissée pour morte sous terre. Et si on lui épargne d'être
enterrée vivante et qu’on lui permet de vivre, elle trouve une vie de
dégradation. Puisque l'on ne lui a pas permis d'hériter de la propriété de son
parent, peu importe l'argent qu’il possédait ou qu’elle souffre de la pauvreté
et soit dans le besoin. Ceci parce que la succession était spécifique aux
hommes à l'exclusion des femmes. En fait, elle était distribuée comme partie de
la propriété de son mari décédé, de même que son argent était distribué dans la
succession !


Et on trouvait un nombre important de
femmes vivant sous la coupe d’un homme, puisqu'il n’y avait pas de limites au
nombre de femmes avec lesquelles on pouvait se marier. Donc ils ne
s’intéressaient pas à ce qui arrivait aux femmes suite à cela, comme vivre à
l'étroit, les gênes et l'injustice.

Article tiré du site al-manhaj.com

Source : Son livre Tanbihat 'ala
Ahkam takhtassu bil-Mu'minat
(p. 6-11)


Traduit en français par les salafis de
l’Est

_________________
Dieu étend largement Ses dons ou (les) restreint à qui Il veut. Ils se réjouissent de la vie sur terre, mais la vie d'ici-bas ne paraîtra que comme une jouissance éphémère en comparaison de l'au-delà." S.13 V.26

http://ahlu-sunna-wal-jama-a.over-blog.com/

http://fatawa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ahlu-sunna-wal-jama-a.over-blog.com/
soumayya

avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : foofou noonou!!!
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Statut de la femme   Sam 19 Jan 2008 - 8:19


  • Le statut de la Femme après l’islam :



Mais quand l’islam est venu, il a enlevé
ces injustices et lui a rendu son honneur et respect de soi dans l'humanité.
Allah dit :



« Ô
hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle »

[Sourate Al-Hujurat : 13]



Donc Allah mentionne qu'elle est
l'associée de l'homme dans l'origine de l'humanité et de même, elle est
associée à l'homme en termes de récompense ou de punition pour les actions
exécutées. Allah dit :



« Quiconque,
mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons
vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des
meilleures de leurs actions. »
[Sourate Nahl : 97]


« afin
qu’Allah châtie les hypocrites, hommes et femmes, et les associateurs et les
associatrices »
[Sourate Al-Ahzab : 73]


Et Allah a interdit de considérer une
femme comme une possession héritée de la propriété de son mari mort, comme Il
dit :



« Ô
les croyants ! Il ne vous est pas licite d’hériter des femmes contre leur
gré »
[Sourate An-Nisa : 19]


Ainsi Allah lui a donné son indépendance
dans son individualité, si bien qu'elle a pu hériter au lieu d’être un objet de
succession.



Allah a donné un droit à la femme dans
la succession de la richesse de son parent. Allah dit :



« Aux
hommes revient une part de ce qu’ont laissé les père et mère ainsi que les
proches; et aux femmes une part de ce qu’ont laissé les père et mère ainsi que
les proches, que ce soit peu ou beaucoup : une part fixée. »

[Sourate An-Nisa : 7]



« Voici
ce qu’Allah vous enjoint au sujet de vos enfants : au fils, une part
équivalente à celle de deux filles. S'il n’y a que des filles, même plus de
deux, à elles alors deux tiers de ce que le défunt laisse. Et s’il n’y en a
qu’une, à elle alors la moitié »
[Sourate An-Nisa : 11]


De même pour les autres textes qui
montrent qu'une femme peut hériter qu’elle soit mère, fille, sœur ou épouse.



En ce qui concerne le mariage,
Allah a limité le mari au mariage de quatre femmes maximum, à condition qu'il
traite toutes ses femmes impartialement et également selon sa capacité. Et Il a
obligé les maris à vivre avec elles dans la bonté, comme Il dit :



« Et
comportez-vous convenablement envers elles »

[Sourate An-Nisa : 19]



Et Il a fait de la dot son droit et Il a
commandé qu'on la lui donne complètement à part ce qu'elle permet selon sa
propre volonté. Allah dit :



« Et
donnez aux épouses leur mahr,de bonne grâce. Si de bon gré elles vous en
abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur »

[Sourate An-Nisa : 4]



Et Allah l'a faite gardienne de sa
demeure, commandant le bien et interdisant le mal dans le ménage de son mari -
et lui a donné le commandement sur ses enfants. Le prophète (salallahu ‘alayhi
wa salam
) a dit : « la femme est le gardien du ménage de son mari
et elle sera interrogée (le Jour du Jugement) concernant ceux sous son
soin. »
Aussi, Allah a rendu obligatoire au mari de dépenser pour elle
et de l'habiller d’une bonne façon.



Ce que les
ennemis de l'islam et leurs ramifications veulent aujourd'hui, c’est enlever à
la femme son honneur et ses droits :



En effet les ennemis de l'islam – plutôt
les ennemis de l'humanité - aujourd'hui, parmi les mécréants, les hypocrites et
ceux qui ont une maladie dans le cœur, ragent que la femme musulmane ait
atteint l'honneur, la gloire et la chasteté dans l’islam. Ceci parce que les
ennemis de l'islam, parmi les mécréants, les hypocrites et ceux qui ont une
maladie dans le cœur, veulent de la femme qu'elle serve de piège par lequel ils
peuvent séduire et attraper ceux qui ont une foi faible et ceux qui ont
perverti leur nature, après avoir obtenu d'elle d’accomplir leurs désirs
dépravés. Allah dit :



« Et
Allah veut accueillir votre repentir. Mais ceux qui suivent les passions
veulent que vous incliniez grandement (vers l’erreur comme ils le font). »
[Sourate An-Nisa : 27]


Et ceux qui ont une maladie dans le cœur
parmi les musulmans veulent que la femme soit un produit bon marché qui
s’exhibe devant ces gens de désirs lascifs et d’inclinations diaboliques. Ils
veulent qu'elle serve comme un produit accessible devant leurs yeux pour qu'ils
puissent trouver un divertissement dans son apparition ou qu’ils puissent lui
faire faire quelque chose de beaucoup plus mauvais que cela.



C'est pourquoi ils font de grands
efforts pour essayer de faire sortir la femme de sa maison pour qu'elle puisse
participer avec les hommes dans leurs emplois - travailler côte à côte avec
eux. Ou qu’elle puisse servir et soigner les hommes comme infirmière à
l'hôpital, hôtesse de l'air ou qu’elle soit enseignante ou professeur dans les
écoles mixtes, ou qu'elle soit actrice au théâtre, chanteuse, journaliste dans
toute forme de médias –afin qu’elle exhibe son visage et séduise les hommes par
sa voix et son apparition.



Et les magazines immoraux ont pris les
images de jeunes filles provocantes et nues comme moyen de promotion et de
marketing de leurs magazines. Et certains hommes d'affaires et sociétés ont
pris ces images comme moyen de promotion de leur produit, si bien qu'ils
placent ces images sur leur publicité et expositions.



Ces mauvaises actions sont censées
distraire la femme de son devoir réel et véritable, qui est dans la maison. Et
cela force les maris à embaucher des domestiques féminins pour élever leurs
enfants et s'occuper des affaires de leurs ménages, ce qui aboutit à un grand
mal.



Cependant, nous n’interdisons pas à la
femme de travailler à l'extérieur de sa maison, tant qu'elle se soumet aux
directives suivantes :



1. Elle doit avoir besoin de faire ce
travail ou que la communauté dans laquelle elle vit exige qu'elle fasse ce
travail, si bien qu’on ne peut trouvé d'homme qui puisse faire ce travail.



2. Elle doit faire cela après
l'accomplissement du travail qu'elle a à la maison, qui est son travail
premier.



3. Ce travail doit être dans un
environnement de femmes seulement, comme enseigner à des femmes (seulement) ou
soigner des patients féminins, ou s’occuper d’enfants. Et son travail doit être
séparé des hommes.



4. De même, il n'y a rien qui l’empêche
d'apprendre les affaires de sa religion - en fait elle est obligée de le faire.
Et il n'y a rien qui l’empêche d'enseigner des aspects de sa religion, tant
qu'il y a un besoin de cela et son enseignement est limité à un environnement
de femmes (seulement). Et il n'y a aucun mal à ce qu’elle assiste à des
cours dans une mosquée ou autre , tant que cela est isolé des hommes. On a vu
cela des femmes au début de l'islam (c'est-à-dire les Sahabiyat), qui
travaillaient, étudiaient et se rendaient aux mosquées.






Article tiré du site al-manhaj.com


Source : Son livre Tanbihat 'ala
Ahkam takhtassu bil-Mu'minat
(p. 6-11)



Traduit en français par les salafis de
l’Est

_________________
Dieu étend largement Ses dons ou (les) restreint à qui Il veut. Ils se réjouissent de la vie sur terre, mais la vie d'ici-bas ne paraîtra que comme une jouissance éphémère en comparaison de l'au-delà." S.13 V.26

http://ahlu-sunna-wal-jama-a.over-blog.com/

http://fatawa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ahlu-sunna-wal-jama-a.over-blog.com/
umfatimah

avatar

Nombre de messages : 98
Date d'inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Statut de la femme   Dim 20 Jan 2008 - 1:24

wa alaikoum salaam

Macha'ALLAH oukhty Soumayya,barak'Allahou fik
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soumayya

avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : foofou noonou!!!
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Statut de la femme   Dim 20 Jan 2008 - 2:32

As salamou aleykoum
wa fiki barakaLAH, ma soeur

_________________
Dieu étend largement Ses dons ou (les) restreint à qui Il veut. Ils se réjouissent de la vie sur terre, mais la vie d'ici-bas ne paraîtra que comme une jouissance éphémère en comparaison de l'au-delà." S.13 V.26

http://ahlu-sunna-wal-jama-a.over-blog.com/

http://fatawa.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ahlu-sunna-wal-jama-a.over-blog.com/
as sadiya

avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Statut de la femme   Ven 1 Aoû 2008 - 21:19

La Femme Musulmane :
Son Statut dans la Umma

Par Shaykh 'Abdul 'Aziz Ibn Baz (d.1420H)
[1]
Le statut de la femme musulmane dans l’islam est très noble et élevé et
son effet est très grand dans la vie de chaque musulman. En effet la
femme musulmane est la première enseignante dans la construction d'une
société juste, lorsqu’elle suit la guidée du Livre d'Allah et laSunna du messager (sallallahu 'alayhi wa sallam). Car l’adhésion auQur`an
et à la Sunna éloigne le musulman – homme ou femme – de l’égarement
dans n'importe quelle question. L’égarement dont souffrent les diverses
nations ne vient que de leur éloignement du chemin d'Allah - le
Parfait, le Très-Haut - et de ce avec quoi Ses prophètes et messagers –
que la Paix et les Prières d'Allah soient sur eux tous - sont venus. Le
prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit :
« Je vous laisse deux choses, vous ne vous égarerez pas tant que vous vous y accrocherez, le Livre d'Allah et ma Sunna. » [2]
La grande importance du rôle de la femme musulmane - comme femme, sœur,fille et ses droits et devoirs – ont été expliqués dans le noble Qur`an
et détaillés dans la Sunna authentique.Le
secret de son importance se trouve dans le fardeau énorme et la
responsabilité qui est placée sur elle et les difficultés qu’elle doit
endosser - responsabilités et difficultés dont certaines ne peuvent
être supportées par un homme. C'est pourquoi fait partie des
obligations les plus importantes, de montrer de la gratitude envers la
mère, de la bonté et entretenir de bons rapports avec elle. Et à cet
égard, on lui donne la préséance sur le père. Allah le Glorifié dit : « Nous
avons commandé à l’homme [la bienfaisance envers] ses père et mère; sa
mère l’a porté [subissant pour lui] peine sur peine : son sevrage a
lieu à deux ans.” Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu’envers tes
parents. Vers Moi est la destination. » [Sourate Luqman 31:14]
« Et
Nous avons enjoint à l’homme de la bonté envers ses père et mère : sa
mère l’a péniblement porté et en a péniblement accouché; et sa
gestation et sevrage durant trente mois » [Sourate Ahqaf 41:15]
Un homme est venu au messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam) et a dit : « ô messager d'Allah! Qui parmi les hommes mérite plus que j’entretienne de bons rapports avec lui ? »
Il a répondu : « Ta mère. »
L'homme a demandé, « Qui ensuite ? »
Il a répondu : « Ta mère. »
L'homme a alors demandé, « Qui ensuite ? »
Donc le Prophète a répondu de nouveau : « Ta mère. »
Alors l'homme a demandé, « Qui ensuite? »
Donc il a répondu : « Ton père. »[3]
Donc cela nécessite que l'on donne à la mère trois fois la bonté et le bon traitement que l’on donne au père.
En
ce qui concerne l’épouse ,son statut et son effet sur l’apaisement de
l'âme et sa sérénité ont été clairement montrés dans le noble verset,
dans Sa Parole :
« Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour
que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de
l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens
qui réfléchissent. » [Sourate Ar-Rum 30:21]
Al-Hafidh Ibn Kathir (d.774H) - rahimahullah - a dit dans l'explication des termes muwaddah et rahmah contenus dans le susdit verset :
« Al-muwaddah signifie l'amour et l'affection et ar-rahmah
signifie la compassion et la pitié - puisqu'un homme prend une femme en
raison de son amour pour elle, ou par compassion et pitié pour elle; en
lui donnant un enfant de lui … » [4]
Et la position unique que la femme du prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) Khadija - radiyallahu 'anha - a pris, avait un effet énorme dans le calme et l'assurance du messager d'Allah (sallallahu 'alayhi wa sallam), lorsque l'ange Jibril ('alayhi salam) est venu pour la première fois à la caverne de Hira. Ainsi le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) est revenu vers Khadija (radiyallahu 'anha) avec la première Révélation et son de cœur battait très fort et il tremblait, et il lui a dit : « Couvrez-moi! Couvrez-moi! »
Donc elle l'a couvert jusqu’à ce que sa crainte disparaisse, après quoi il a raconté à Khadija (radiyallahu 'anha) tout ce qui était arrivé et dit : « Je crains que quelque chose ne m'arrive. »
Donc elle lui a dit : « Jamais! Par Allah! Allah ne te déshonorera jamais.
Tu maintiens les liens de parenté, tu aides le pauvre et l’orphelin, tu
sers généreusement tes invités et aide ceux qui ont été affligés par un
désastre. » [5]
Et n'oubliez pas 'Aisha (radiyallahu 'anha) et son grand effet. Au point que même les grands Compagnons prenait d'elle la science du Hadith et beaucoup de Sahabiyat ont appris d'elle les diverses règles se rapportant aux questions des femmes.
Et je n'ai aucun doute que ma mère - qu'Allah lui fasse miséricorde- a eu
un effet énorme sur moi, en m’encourageant à étudier; et elle m'y a
aidé. Qu’Allah augmente énormément sa récompense et la récompense de la
meilleure des récompenses pour ce qu'elle a fait pour moi.
Et il n'y a aucun doute aussi, que la maison dans laquelle il y a bonté,
douceur, amour et soin, avec l’éducation islamique correcte (tarbiya)
affectera énormément l'homme. Donc il sera – si Allah le veut -
couronné de succès dans ses affaires et dans toute chose – la recherche
de la science, le commerce, le travail, ou autre que cela. Donc c'est à
Allah Seul que je demande d'accorder le succès et de nous guider tous
vers ce qu’Il aime et ce dont Il est satisfait. Et que les Prières et
la Paix d'Allah soient sur notre prophète Muhammad et sur sa Famille,
ses Compagnons et ses disciples.
[1] Cet article est une réponse à une question particulière concernant la
position et le statut de la femme musulmane et a été pris de Majmu'ul Fatawa wa Maqalatil Mutanawi`a (3/348-350).
[2] Hassan : Rapporté par Malik dans Al-Muwatta (2/899) et Al-Hakim (1/93), d'après Ibn 'Abbas (radiyallahu 'anhu). Il a été authentifié par Shaykh Al-Albani dans As-Sahiha (No 1871).
[3] Rapporté par Al-Bukhari (No 5971) et Muslim (7/2), d’après Abû Hurayra (radiyallahu 'anhu).
[4] Tafsir Qur`anil A'dhim (3/439) d’Al-Hafidh ibn Kathir.
[5] Rapporté par Al-Bukhari (1/22) et Muslim (1/139), dans la longue narration de 'Aisha (radiyallahu 'anha).
Article tiré du site troid.org
Traduit en français par les salafis de l’Est


Dernière édition par as sadiya le Dim 3 Aoû 2008 - 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
as sadiya

avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: Statut de la femme   Ven 1 Aoû 2008 - 22:15


Le statut de la femme en Islam
Un des sujets
les plus en vogue chez les détracteurs de l'Islam depuis pas mal de
temps est celui de la position de cette religion par rapport à la
femme. Combien de fois entendons-nous ou lisons-nous que l'Islam est
d'une grande intolérance (plus particulièrement en ce qui concerne les femmes),ou encore que l'Islam ne reconnaît à la femme aucun droit ?… Dans les lignes qui vont suivre, nous allons essayer d'étudier brièvement le
bien fondé de ces différentes assertions.
Pour cela, nous commencerons par une analyse comparative (très sommaire…1)
de la situation qui était celle de la femme dans le monde avant
l'Islam. A partir de là, il nous sera plus aisé de mesurer les
améliorations et les changements positifs apportés par le Message
révélé à Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam)...
Les historiens affirment de façon unanime qu'au 6ème siècle après J.C. (avant le début de la mission de Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam)), la femme, dans le monde en général et dans la plupart des sociétés, avait perdu toute sa dignité, son honneur:
Pour certains,elle n'avait pas plus de valeur qu'une vulgaire marchandise, qui pouvait être vendue ou achetée selon le bon vouloir des hommes. 2 Pour d'autres, la femme était responsable du premier péché. 3 D'autres encore avaient la conviction qu'elle n'était rien de plus qu'une souillure… 4 Certains en étaient même arrivés à se demander si la femme pouvait être considérée comme un être humain ou non…! 5
Dans la société arabe anté-islamique, la situation de la femme n'était guère meilleure.
Allah lui même nous rappelle le comportement des arabes dans le
Qour'aane lorsqu'un enfant de sexe féminin voyait le jour dans leur
foyer. Il dit:
"Lorsqu'on annonce à l'un d'entre eux la bonne nouvelle (de la naissance) d'une fille, son visage noircit et il suffoque (de colère)."
(Sourate 16 / Verset 5)
Ils ne pouvaient ainsi voir naître chez eux une fille; et si cela arrivait,
ils s'empressaient de l'enterrer vivante, comme cela est confirmé par
d'autres versets du Saint Qour'aane. (Voir notamment la Sourate 81, l'obscucissement)
Telle était la situation de la femme sur le plan moral. Au niveau juridique, les choses n'étaient point différentes: Les lois en vigueur dans de
nombreuses sociétés présentaient des discriminations incompréhensibles
entre le traitement réservé aux hommes et aux femmes. Dans certaines
communautés religieuses, les fautes étaient punies beaucoup plus
sévèrement si elles étaient commises par des femmes… 6 Chez les arabes, la loi du talion était appliquée en cas de meurtre. Mais cela uniquement si la victime était un homme. S'il s'agissait d'une femme, cette loi n'était pas appliquée. (Réf: Commentaires de Ibn Kathîr r.a. pour le verset 178 de la Sourate 2)
Ce ne sont là que quelques modestes exemples, mais qui suffissent amplement à nous éclaircir quant à l'état d'esprit qui dominait à l'époque, dans le monde, à l'égard des femmes.
En gardant cela à l'esprit, venons-en à présent aux changements apportés par l'Islam par rapport au statut des femmes:
Le principal enseignement islamique à l'attention des croyants sur la question de la femme a été, dès l'origine, d'adopter envers elle une attitude de respect, d'estime et de courtoisie, et ce, quelle que soit sa position
dans la famille: qu'elle soit une mère ou une fille, qu'elle soit une
sœur ou une épouse, l'Islam n'a jamais autorisé que l'on porte atteinte
à sa dignité.
En guise de preuves par rapport à ce qui vient d'être affirmé, voici la traduction de quelques versets du Qour'aane et de certains Hadiths.
A propos de la mère, le Qour'aane dit:
"Votre seigneur a décrété que vous n'adoriez que lui et que vous témoigniez de la bonté envers votre père et votre mère (…)"(Sourate 17 / Verset 23)
Ce verset parle du devoir de bonté envers la mère immédiatement après avoir fait allusion à l'adoration d'Allah seul. La proximité entre ces deux
obligations dans le texte coranique n'étant pas dû au hasard, elle
montre bien l'importance qu'Allah accorde à ce devoir de bon
comportement et de respect.
Il est rapporté dans un Hadith, qu'une fois un Sahâbi qui s'appelait Jâhimah (radhia Allâhou anhou) était venu auprès du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) et lui avait fait part de son intention de participer à une campagne militaire. Il était ainsi venu pour lui demander conseil à ce sujet. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) lui demanda:"As-tu encore une mère vivante?"
Après qu'il ait répondu par l'affirmative, le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) lui dit: "Restes auprès d'elle, car le Paradis se trouve à ses pieds."(Nasaï - Mousnad Ahmad)
Abou Houreïra (radhia Allâhou anhou) rapporte pour sa part: Un homme vint auprès du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) et lui demanda "Qui a le plus droit à ma bonne compagnie ?"
Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) répondit :
"Ta mère, puis ta mère et encore ta mère, ensuite ton père..."(Mouslim)
Pour ce qui est des vertus que l'Islam reconnaît à la fille, Ibnou Abbas
(radhia Allâhou anhou) rapporte un Hadith du Prophète Mouhammad
(sallallâhou alayhi wa sallam) qui dit:
"Celui qui a eu une fille, qui ne l'a pas enterré vivante (comme cela se
faisait couramment dans la société arabe anté-islamique),
ni ne l'a déshonoré et n'a pas non plus donné préférence à ses fils sur
elle, Allah le fera entrer au paradis par l'intermédiaire de cette
fille."
(Moustadrak Hâkim, Sounan Abou Dâoûd)
Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) dit encore:
"Celui qui fut éprouvé par quelque chose concernant ces filles et qui était
ensuite bienfaisant pour elles, celles-ci seront un voile pour lui le
protégeant du feu de l'enfer."
(Boukhâri)
Quel contraste entre ce que dit le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) et la mentalité qui prévalait auparavant ! Face à cette société arabe où la pratique d'enterrer les filles vivantes était très courante, voici
donc le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) qui promet le
Paradis à celui qui se montre bienveillant envers celles-ci…
En ce qui concerne le comportement que doit avoir le croyant à l'égard de sa sœur, citons ce Hadith:
"Celui qui a eu la responsabilité (d'élever) trois filles ou trois sœurs, a craint Allah (à leur égard) et s'est bien occupé d'elles, celui-ci sera avec moi au Paradis de cette façon - et il fit un signe de l'index et du majeur."
(Silsilat Ahâdîth As Sahîhah)
A propos de l'épouse, il y a un très grand nombre de recommandations qui
ont été données aussi bien par le Qour'aane que par le Prophète
Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam). Le passage du Qour'aane le
plus concis et le plus explicite à ce sujet est peut être celui-ci:
"Et comportez-vous avec elles (vos épouses) d'une manière bienveillante(…)" (Sourate 4 / Verset 19)
Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) dit dans un Hadith:
"Le croyant qui a le meilleur caractère et qui est le plus doux envers son
épouse compte parmi ceux dont la foi est la plus complète."
(Tirmidhi)
Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) disait encore que "le
meilleur d'entre vous est celui qui est le meilleur avec son épouse et
Je suis très bon envers mes épouses". (Tirmidhi, Ibn Mâdja)
Une partie de son dernier sermon prononcé à Arafât concernait aussi l'épouse ("Craignez Allah dans votre comportement à l'égard des femmes !" avait-il ordonné alors)
Ces différents versets et traditions expriment de façon très explicite la dignité et l'honneur que l'Islam a reconnu a la femme. Mais ce n'est pas tout…
Avec cela, l'Islam a aussi rappelé l'égalité de l'homme et de la femme
devant Allah pour ce qui est du mérite. Allah dit dans le Qour'aane:
"Ceux qui font de bonnes actions, qu'ils soient hommes ou femmes, à condition qu'ils soient croyants, entreront au paradis (…)"(Sourate 4 / Verset 124)
Dans un autre verset, il est dit:

"En vérité, Je ne perds pas l'œuvre de celui qui fait le bien, qu'il soit homme ou femme (…)"(Sourate 3 / Verset 195)
Il est rapporté qu'une fois Oummou Salmah (radhia Allâhou anha) demanda au Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) la raison pour laquelle Allah ne faisait pas du tout (ou très peu) allusion de façon explicite aux femmes dans le Qour'aane. Elle voulait savoir si cela signifiait que leurs bonnes actions ne seraient point acceptées… En réponse à cette question, un verset du Sourate "Ahzâb" (Les coalisés - Sourate 33/ Verset 35) fut révélé (Réf: Tafsir Ibn Kathîr, qui cite le Hadith de Nasaï);
un verset dans lequel, après avoir cité différentes catégories d'hommes
et de femmes agissant en bien, Allah leur promet à tous le pardon et
une grande récompense. Ce qui confirme bien que le critère du mérite
auprès d'Allah est la bonne pratique ou l'accomplissement d'une œuvre
louable, et nullement le fait d'être homme ou femme. On est ici bien
loin de l'affirmation émanant de certains dignitaires d'autres
religions au sujet de la femme soutenant que celle-ci ne pouvait être
admise au paradis tout en restant femme… ! 7
L'Islam a par ailleurs reconnu à la femme en général et à l'épouse en particulier des droits très importants. Allah y fait allusion dans phrase concise du Qour'aane, où Il dit:
"Et elles ont des droits équivalents à leurs devoirs.(…)"(Sourate 2 / Verset 228)
Les commentateurs du Qour'aane soulignent ici qu'Allah a mentionné d'abord les droits de la femme, avant de mentionner ceux des hommes. Selon eux cette formulation à pour but d'insister sur le fait que ces droits
doivent obligatoirement être respectés. Le Prophète Mouhammad
(sallallâhou alayhi wa sallam) confirmait ceci lorsqu'il disait: "Certes, vous avez des droits sur vos épouses tout comme elles ont des droits sur vous…"
L'Islam a enfin mis un terme aux multiples injustices dont les femmes étaient victimes au sujet, par exemple, de leur droit de propriété, de la gestion de leurs biens, du mariage, du divorce, de l'héritage etc... Ce sont là autant de domaines où des lois claires et justes ont été énoncées.
Voici donc un aperçu de ce que l'Islam a apporté comme améliorations concernant la femme. Est-il raisonnable alors de prétendre que notre religion n'a en rien contribué à l'émancipation de la femme ? Est-il juste d'accuser l'Islam d'avoir privé la femme de ses droits ? Chacun est libre de
répondre de façon objective et selon sa conviction personnelle à ces
questions…
Néanmoins, il est n'est pas question non plus de nier que les femmes font encore l'objet aujourd'hui, dans de nombreuses sociétés à majorité musulmane, d'abus, de privations, d'injustices... Mais ces pratiques et attitudes relèvent essentiellement des traditions ancestrales qui sont toujours tenaces dans lesdites sociétés, d'autant plus qu'elles sont souvent
justifiées par des lectures erronées ou des interprétations
fallacieuses des références islamiques…
Il incombe donc à tous les musulmans de revenir vers les enseignements originels du Message Révélé au Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam), et d'y puiser la force et le courage de lutter, à l'instar de ce qu'avait fait le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam), contre le poids des traditions…
Qu'Allah nous guide tous vers Son agrément et nous éclaire sur la beauté de notre religion, l'Islam.
Âmine.
Wa Allâhou A'lam !
Et Dieu est Plus Savant !
http://www.musulmane.com[/size]

1 - Pour une analyse plus exhaustive, voir l'ouvrage "La situation de la femme dans le judaïsme, le christianisme et l'Islam" de Ahmad Abdel Wahab, paru aux éditions A.E.I.F.

2 - Exode 21/7: "Et quand un homme vendra sa fille comme servante, elle ne sortira pas comme sortent les serviteurs."

3 - Epître de Paul à Timothée - 1 : 2/12-14: "Je
ne permets pas à la femme d'enseigner ni de dominer l'homme. Qu'elle se
tienne donc en silence. C'est Adam, en effet, qui fut formé le premier.
Eve ensuite. Et ce n'est pas Adam qui fut séduit, mais c'est la femme
qui, séduite, tomba dans la transgression."


4 - Voir à ce sujet la citation des propos de Odo de Cluny, cités par Karen Armstrong dans son ouvrage intitulé "The Gospel according to Woman (…)" - Page 23

5 - Voir les citations diverses de l'ouvrage de Karen Armstrong faites par Ahmad Abdel Wahab dans l'ouvrage "La situation de la femme dans le judaïsme, le christianisme et l'Islam" - Pages 49 et 50

6- Lévitique 21/9: "Si la fille d'un prêtre se déshonore en se prostituant, c'est son père qu'elle déshonore, elle sera brûlée." - Deutéronome 25/11-12: "Lorsqu'un
homme et son frère s'empoignent, et que la femme de l'un d'eux
s'approche pour délivrer son mari de la main de son adversaire, si elle
avance la main et saisit les parties honteuses de celui-ci, tu couperas
la main à cette femme. Tu ne t'attendriras pas."


7 - "La situation de la femme dans le judaïsme, le christianisme et l'Islam" - Page 53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Statut de la femme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Statut de la femme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le statut de la femme dans nos sociétés..
» Le statut de la femme dans la Bible
» Le "salam" entre homme et femme
» Le code du statut personnel
» Cherche femme qui écrit pour prefacer un livre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guiss Sa Yonne (Trouver Sa Voie) :: FOYER MUSULMAN :: Règles Spécifiques à la femme Musulmane-
Sauter vers: