Guiss Sa Yonne (Trouver Sa Voie)

D'après le Coran et la Sounnah selon la Compréhension des Pieux Prédécesseurs
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Mar 24 Juil 2007 - 11:46

SIHR sorcellerie ou Ndiabar en Wolof


Le sihr est une expression pour désigner les perturbations qui atteignent l’être humain dans son état mental à tel point que celui-ci devient incapable de raisonner ou de suivre une discussion simple. Il a généralement le regard hagard. Ce dérangement mental s’accompagne de dysfonctionnements moteurs. En effet, il éprouve le besoin tout le temps de bouger, il ne peut rester à une place précise. On pourrait définir le sihr comme étant une perturbation de l’individu dans ses gestes, ses propos et son raisonnement.

Des preuves issues du Coran

Allah dit dans le Coran :

{ Ceux qui mangent de l’intérêt usuraire ne se tiennent (au jour du Jugement dernier) que comme se tient celui que le toucher de Satan a bouleversé. } [ Sourate 2 - Verset 275 ]

Il apparaît à la lecture de ce verset que les usuriers se lèveront de leur tombe, le jour du jugement, comme celui que le diable a violemment frappé. L’Imam Ibn Kathir explique le terme « le toucher » comme voulant dire « la folie » autrement dit, ceux qui mangent de l’intérêt usuraire se lèveront au jour du jugement comme ceux que Satan a rendu fou dans ce monde.
On peut rappeler que dans la langue arabe, l’expression « l’homme a été touché » signifie « l’homme est possédé ».

Des preuves issues de la Sunna

Les preuves issues de la Sunna sont aussi nombreuses. On pourrait se contenter de rappeler le récit rapporté par At-Tabarani.

Un enfant touché par un djinn fut amené au Prophète pour qu’il invoque Allah en sa faveur. Le Prophète demanda à voir l’enfant. Il prit alors l’enfant et frappa son dos de sa main en disant : « Sors ennemi d'Allah, sors ennemi d'Allah. » Le visage de l’enfant retrouva alors son aspect initial.


Le diable peut atteindre l’homme au point de le rendre fou, possédé.
Ce type de possession peut se soigner par les coups.
On a la preuve que le diable peut effectivement entrer dans le corps de l’enfant. En effet, le Prophète dit : « Sors, ennemi d'Allah » ; or, il ne peut y avoir de sortie s’il n’y a pas eu d’entrée au préalable.
Plus la foi du soignant est élevée, plus la guérison est rapide. Le djinn prit peur sans même que le Prophète n’ait eu besoin de lire le Coran.



La médecine moderne n’est pas en mesure de déterminer les facteurs d’une telle maladie. Les médecins prescrivent alors des antidépresseurs qui ne font qu’aggraver l’état de santé du malade sans apporter le moindre signe de guérison. Certains malades sont internés dans des centres psychiatriques dans lesquels on réduit peu à peu leurs forces jusqu’à en faire de vrais « fous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Mar 24 Juil 2007 - 11:50

les symptomes généraux du malade

Cette maladie a comme toute autre affection ses symptômes propres. Mais lorsque des douleurs banales non solutionnées par la médecine moderne se présentent alors il faut être vigilant et se demander si on n’a pas été touché par un djinn. En effet, les douleurs dans le corps, les brûlures, les échauffements inexpliqués, les malaises, les vertiges, les céphalées, sont parfois des indicateurs de la présence de djinns dans le corps. Mais, il existe d’autres symptômes qui eux sont vraiment propres à cette maladie. En voici un petit éventail qui est loin d’être exhaustif :

Les symptômes durant le sommeil

1. Angoisse et insomnie

2. Agitation durant le sommeil

3. Les cauchemars

4. La vision d’animaux dans les rêves tels que des serpents, des chiens, des chats…

5. Pousser des cris, rire ou pleurer

6. Se lever durant la nuit et marcher tout en étant endormi

7. Se voir tomber d’un lieu élevé durant son sommeil

8. Se voir dans un cimetière, un endroit sale telle qu’une décharge publique

9. Faire des rêves érotiques trop fréquemment (djinn amoureux)

10. Voir des gens ayant une apparence bizarre dans ses rêves

11. Voir toujours une même personne ou un même animal dans un rêve

12. Voir dans ses rêves des personnes de couleur noire

13. Se voir parmi des morts durant ses rêves

etc.......

Les symptômes à l’état de veille

1. Les maux de tête fréquents, migraine

2. Eprouver un rejet pour toute pratique religieuse telle que la prière, la lecture du Coran

3. La distraction mentale, le malade est tout le temps absent

4. L’indolence et la paresse, le malade n’a envie de rien faire, il se laisse aller

5. Une douleur persistante dans un membre ou dans tout le corps

6. Des brûlures ou des étouffements à la lecture du Coran

7. Le malade parle seul ou ne parle pas du tout

8. Pensées obsessionnelles

9. Avoir la poitrine serrée à partir de la tombée de la nuit

10. Troubles de la vision (flashs, filets grisâtres, visions étranges..)

etc.........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Mar 24 Juil 2007 - 11:51

Les différentes types de "toucher"

1. Le toucher total : le djinn a pris possession de la totalité du corps. Il dirige totalement le malade et peut même parler par sa bouche. Dans ce cas, le malade que l’on frappe est totalement insensible à la douleur.

2. Le toucher ponctuel : le djinn est placé dans une partie seulement du corps comme le bras, la jambe… (on ressent une douleur persistante)

3. Le toucher permanent : le djinn est dans le corps de l’individu sans se manifester. (on ne le sent pas du tout malgré sa présence)

4. Le toucher extérieur : le djinn est à l’extérieur du corps et cherche à y pénétrer. (vent, chatouillements…)

Les raisons pour lesquelles les djinns pénètrent dans le corps humain


L’Imam Ibn Taymiya donne plusieurs raisons qui pourraient justifier l’infiltration d’un djinn dans le corps humain. Selon lui, les djinns peuvent y entrer s’ils éprouvent un amour passionnel pour l’être humain. Il ajoute que dans ce cas, qu’il est même possible que le djinn et l’être humain aient des relations sexuelles et donnent naissance à des enfants.

L’Imam ajoute que les djinns peuvent aussi se venger si l’être humain leur a causé un quelconque tort comme le fait de leur jeter de l’eau chaude, de leur uriner dessus ou de tuer l’un d’entre eux que ce soit volontaire ou pas. Or, les djinns étant ignorants et injustes, ils se vengent généralement plus que nécessaire.

Mais il peut arriver que les djinns, par simple injustice, s’attaquent gratuitement à un être humain et entrent en lui. Mais l’expérience nous montre que ce cas ne peut avoir lieu que lorsque l’homme se trouve dans certains états précis :

1. dans un état de violente colère

2. dans un état de forte peur

3. lorsqu’il s’adonne à la convoitise

4. lorsqu’il est dans un état de grande distraction et d’inattention

Comment y pénètrent-ils ? Où se placent-ils préférentiellement ?

Le djinn est un vent et le corps humain du fait de sa constitution permet au djinn de s’y installer. La preuve que le djinn est un vent est affirmée par le verset suivant :

{ Et Il a créé les djinns de la flamme d’un feu sans fumée } [ Sourate 55 - Verset 15 ]

le prophete (psl) dit : achaytana yadjri mine ibni adama madjra dam " satan court dans l'organisme de l'homme comme le sang circule"

Ibn ‘Abbas dit que les djinns ont été créés à partir de l’extrémité de la flamme c’est à dire du souffle chaud qui s’en échappe.

Lorsque le djinn est entré dans le corps, il se dirige préférentiellement vers le cerveau afin qu’il puisse commander chaque membre de « son hôte. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Mar 24 Juil 2007 - 11:52

DES SIGNES QUI DEVOILENT LE SORCIERS


Si vous trouvez un de ces indices chez le traitant alors cela veut dire sans aucun doute qu’il s’agit d’un sorcier et qu’il va vous « soigner » avec des méthodes interdites par l’Islam.

1. S’il demande au malade son nom ou celui de sa mère

2. S’il prend un objet appartenant au malade tel qu’une robe, une cravate, un chapeau, une écharpe…

3. S’il demande un animal présentant des qualités particulières pour l’immoler au nom d’un autre qu’Allah . Parfois, il enduit le corps du malade du sang du sacrifice puis jette le reste dans la nature.

4. La récitation de paroles incompréhensibles. Il le fait généralement à voix basse pour ne pas se faire entendre.

5. Donner au malade un talisman contenant des lettres détachées, des signes étranges, des carrés ou des chiffres. C’est en fait une sorcellerie écrite.

6. S’il donne des choses au malade afin qu’il les enterre.

7. S’il murmure dans l’oreille du malade des mots incompréhensibles

8. Parfois, le sorcier prononce le nom du malade et la raison pour laquelle il est venu

9. S’il demande au malade de ne pas toucher une matière quelconque pendant un certain temps qui peut être 40 jours. Dans ce cas, le djinn avec lequel le sorcier travaille est chrétien.


Si vous découvrez ces indices chez une telle personne alors il s’agit d’un magicien.

N’allez surtout pas chez lui et suivez la parole du Prophète :

« Celui qui se rend chez un sorcier et croit en ce qu’il dit a de ce fait renié ce qui a été révélé à Muhammad » [ Rapporté par Al Bukhari ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Mar 24 Juil 2007 - 11:54

DES QUALITES REQUISES DU SOIGNANT



Il n’est pas conseillé à n’importe qui de soigner les gens touchés par un djinn. Le soignant doit présenter certaines qualités pour que ses soins soient efficaces et pour éviter aussi que le djinn ne se retourne contre lui ou contre un membre de sa famille. Voici les qualités principales qu’il doit essayer d’acquérir :

1. Il doit être sincère envers Allah dans ses actes et ses propos.

2. Ses actes et ses propos doivent refléter un monothéisme pur.

3. Il doit suivre la Sunna du Prophète et s’écarter des innovations.

4. Il doit être convaincu que les versets du Coran font du mal aux djinns et aux diables

5. Il doit être informé des caractéristiques des djinns et des diables

6. Il doit être au courant des pièges que le diable tend pour égarer les gens

7. Il est souhaitable qu’il soit marié

8. Il doit s’éloigner des péchés grands ou petits

9. Il doit être imprégné de la crainte et de l’obéissance d'Allah

10. Il doit se souvenir et invoquer constamment d’Allah dans n’importe quelle situation

11. Il doit purifier son intention avant le traitement.

etc.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Mar 24 Juil 2007 - 11:55

LES METHODES A SUIVRE

POUR LES SOINS EN CONFORMITE AVEC LE CORAN ET LA SOUNNAH

Entre médication et confiance en Allah - tawakul -


Zayd Ibn Aslam a rapporté qu’un homme, du temps du Prophète était atteint d’une blessure qui lui causa une congestion. L’homme appela deux hommes de la tribu des Bani Anmar pour le soigner. Les deux hommes le regardèrent.

Le Prophète leur demanda lequel des deux était le plus compétent en médecine. Ils demandèrent alors s’il y avait un bienfait dans la médecine.

Le Prophète leur dit alors :

« Celui qui a envoyé le remède est celui qui a envoyé la maladie » [ Rapporté par Malik ]


Certains refusent de se soigner sous prétexte qu’ils placent leur confiance en Allah , attendant de Lui la guérison. Mais ce mode de raisonnement est une erreur car ce n’est pas de cette façon qu’il faut agir : le hadith du Prophète est assez clair ; à savoir qu’il faut se soigner puis placer sa confiance en Allah qui est Le Seul Détenteur de la guérison.

De même, qu’il ne suffit pas de vouloir boire pour étancher sa soif ou de vouloir manger pour apaiser sa faim, il ne suffit pas de vouloir guérir (sans se soigner) pour être d’aplomb.

Le médicament n’est de toute façon qu’une cause parmi les causes mais il reste indispensable car par Sa Puissance, Allah a créé ce monde de causes et d’effets.

Le Coran est une guérison
Allah définit le Coran par ce propos:

{ Ô gens ! Une exhortation vous est venue, de votre Seigneur, une guérison de ce qui est dans les poitrines, un guide et une miséricorde pour les croyants } [ Sourate 10 - verset 57 ]


As-Suyuti rapporte que ‘Ali , le cousin du Prophète a dit :

« Le meilleur des médicaments, c’est le Coran ».

Il n’y point de doute que la médication par le Saint Coran est une médication utile qui procure une guérison sans traces. Certes, le Coran est un remède contre tous les maux du cœur et du corps. A ce sujet, on rapporte que l’Imam Ibn Al Qayyim tomba malade à la Mecque mais n’ayant trouvé aucun médecin, il se soigna avec la sourate Al Fatiha. Il raconta que ceci avait une influence étonnante sur sa maladie. Ainsi, il lut cette sourate sur une quantité d’eau et en but jusqu’à que sa guérison soit complète. Il est dit aussi qu’il se mit à employer cette méthode pour toutes sortes de douleurs.

Une note importante

Pour que la médication soit efficace et la guérison rapide, il faut absolument que le malade et le soignant aient la certitude que le Coran procure la guérison. Ils doivent être sûrs que les versets du Coran sont une arme tranchante et une aide puissante faute de quoi le cœur se vide de la confiance en Allah et s’emplit de désespoir. La guérison est de ce fait retardée voir même impossible.

Chers frères, chères sœurs, ne laissez pas le diable vous faire croire qu’Allah ne vous secourra pas. Certes, il ne faut pas désespérer de la miséricorde divine mais placer sa confiance en Lui.

C’est à Allah qu’il faut demander le secours !


Trois conditions de validité du traitement

Cette médication n’est valable, en regard de la législation islamique [ chari’a ] que si trois conditions sont remplies :

Elle doit se faire exclusivement avec les versets du Coran ou les invocations enseignées par le Prophète

Elle doit se faire en langue arabe

Le malade et le soignant ne doivent pas oublier que la guérison ne vient que d’Allah et que cette médication n'est qu’une cause parmi les causes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Mer 1 Aoû 2007 - 12:35

Les dégâts causés par la sorcellerie

Les serviteurs de Dieu aiment ce qui est bien. Mais ils doivent aussi apprendre à haïr ce qui est mal. Cela veut dire qu’il faut rejeter les pratiques que Dieu déteste. Quelles sont quelques-unes de ces pratiques ?

La séparation du couple

C’est l’affectation la plus fréquente, et celle qu’Allah a citée pour illustrer la gravité que peut atteindre la sorcellerie : Ils apprennent auprès d’eux ce qui sème la désunion entre l’homme et son épouse « Sourate 2 : Al-Baqarah La Vache verset 102 du Coran ».
Il y a deux symptômes révélateurs : la femme ne supporte plus son mari sexuellement et ne sent plus de plaisir dans les rapports ; ils se disputent sans raison, s’aiment quand ils se séparent et se disputent dès qu’ils se retrouvent. Ces symptômes se déclenchent brusquement après une période de vie normale ou même avant d’avoir commencé la vie commune. Les disputes normales se distinguent des disputes dues à la sorcellerie par le fait qu’elles ont une cause solide et bien connue et peuvent être gérées avec la raison. Les deux symptômes ci-dessus sont très révélateurs de sorcellerie. Si rien n’est fait pour l’enlever, la dispute peut s’aggraver jusqu’à détruire l’amour du couple et atteindre un point de non-retour, surtout quand les familles s’en mêlent. Aussi est-il important de diagnostiquer la sorcellerie le plus tôt possible pour limiter les dégâts.
Il se peut qu’en plus on fasse de la sorcellerie pour que la femme ne puisse pas avoir des enfants ou pour que l’homme ne puisse pas avoir de rapports sexuels. Les formes sont variées : la femme n’a plus du tout de règles, elle ne tombe pas enceinte, elle fait des fausses couches, elle perd le bébé après quelques mois de grossesse ou le bébé meurt dans son ventre ; l’homme n’a aucune érection, il la perd en approchant de sa femme ou il la perd après avoir commencé l’acte, ce qui est le plus pénible.
Le malade qui cherche à se soigner doit tout dire sans honte pour bien cerner le problème.

Blocage du travail

La personne a toutes les conditions pour avoir du travail mais à chaque tentative ses efforts n’aboutissent pas, sans raison valable. La place peut être promise, due ou garantie, mais il se passe quelque chose et cela n’aboutit pas ou bien la personne veut travailler mais n’a aucune énergie et aucune ambition.

Blocage des études

Il y a plusieurs variantes : l’étudiant ne peut pas raisonner mais seulement apprendre par cœur ; il oublie tout ; il a des maux de tête au moment d’étudier ; il arrive des problèmes au moment des examens ; il croit avoir réussi mais le résultat est insuffisant de justesse...

La santé

La sorcellerie peut provoquer des dérèglements très importants dans la santé. Nous avons cité la stérilité de la femme et l’impuissance de l’homme. Il y a aussi le cancer, l’hémophilie, le diabète, la mort des reins ou des ovaires, l’eau dans les poumons, la chute des cheveux, l’eczéma...
Les réponses de la médecine sont :
- Il n’y a rien, tout est normal ; mais la personne souffre quand même.
- Il y a un problème mais on n’en a jamais vu de pareil.
- C’est du au ’ stress ’ et on prescrit des antidépresseurs qui ne font que créer un second problème sans résoudre le premier.
- Vous avez telle maladie, mais on ne sait pas comment c’est venu.
- Dans tous les cas il n’y a pas de traitement ou le traitement est inefficace.

L’apathie

La personne perd toute motivation et n’essaye plus de rien faire. Elle repousse sans cesse à plus tard, passe son temps à dormir, part pour des démarches mais laisse tomber...

Le faux amour

La personne, homme ou femme, n’est pas amoureuse de l’autre, mais elle est obsédée, pense toujours à elle, la voit partout, et peut croire qu’elle est véritablement amoureuse, alors que logiquement, il n’y a pas d’attirance ni de raison d’aller vers elle. On retrouve le plus souvent un intérêt de la deuxième personne à se marier avec la première, qu’il soit affectif ou matériel ou bien l’intérêt d’une tierce personne.

La folie et la mort

La personne perd les pédales, doute de tout, parle toute seule, se prend pour quelqu’un d’autre, doute de tout le monde, voit des choses, établit des relations entre plein de choses, etc.
Pour la mort : la personne devient suicidaire et se sent poussée à se jeter par la fenêtre, à s’ouvrir avec un couteau, à prendre des médicaments dangereux, à se jeter devant les voitures ou autre. Ou encore elle subit des accidents très graves dont elle échappe de justesse.

L’assujettissement

La personne obéit au doigt et à l’œil au sorcier ou à celui qui a commandé la sorcellerie, il est incapable de lui tenir tête ou d’exprimer son désaccord. En son absence, il se peut qu’il regrette sa soumission et décide de résister ou dans certains cas même en son absence il croit avoir bien fait et défend son sorcier quand on lui dit de s’en méfier. Ce type de sorcellerie est utilisé dans plusieurs cas : pour exploiter financièrement une personne, femme voulant dominer son mari ou vice versa, mère croyant diriger ses enfants dans le bonheur, un sorcier veut utiliser quelqu’un pour poser sa sorcellerie, combiné avec la sorcellerie de l’amour précitée...


Enfants désobéissants

La sorcellerie faite aux enfants touche le plus souvent leur comportement et leurs études. L’enfant se met à faire des bêtises à outrance et ne se calme pas avec n’importe qu’elle punition ; lui-même ne sait pas ce qu’il lui arrive et il se sent projeté dans les bêtises et incapable de rester droit.

Autres effets

- L’emprisonnement : La personne ne sort plus ou difficilement d’une maison ou d’une pièce ou d’un pays.
- L’énervement.
- Le déséquilibre de la personnalité : la personne change constamment de décision, d’avis, d’appréciation, d’humeur.
- La maladie du doute, de la peur et de l’angoisse.
- Pour s’attirer constamment des problèmes.
- La sorcellerie par héritage : l’enfant attrape la sorcellerie par le sang de sa mère. Quand la mère sait qu’elle est porteuse de sorcellerie, elle doit faire attention à son enfant. Les symptômes sont : les problèmes digestifs, maladies fréquentes, désobéissance, refus de l’apprentissage...
- La sorcellerie peut être conditionnelle : le couple se séparera après la naissance du premier enfant ; le mari perdra son travail chaque fois que sa femme le rejoindra ; etc.
- Il y a bien sûr la sorcellerie que se font les gens pour ’ réussir ’ dans la vie : pour obtenir un travail, pour réussir les études, pour réussir le permis, pour gagner un jugement, pour garder des clients, etc. C’est interdit et c’est un acte de mécréance au même titre que la sorcellerie ’ méchante ’, mais je n’en parle pas car ces gens-là ne cherchent pas à se soigner.
- Il n’y a pas de limite à ce qu’on peut programmer par la sorcellerie.

La sorcellerie dans la maison, le magasin ou la voiture

Cela provoque des disputes à la maison et la dispersion de la famille ; au magasin des disputes, une baisse de l’activité et des accidents ; et des accidents pour la voiture. On peut aussi faire la sorcellerie à n’importe quel objet.

Les rêves

Souvent l’arrivée de la sorcellerie est annoncée par un rêve : on est mordu par une bête, frappé par une personne ou on tombe dans le vide ; on peut aussi voir la personne qui a fait le mal.

La prière de consultation

Si la personne doute ou ne sait pas comment s’en sortir, la prière de consultation - istikhara - est très efficace pour savoir ce qu’on a, et la prière du besoin pour savoir comment s’en sortir.

Sorcellerie mangée, piétinée et déposée

Le plus souvent, la sorcellerie est écrite à distance, mais il y a aussi ces trois autres cas.
La sorcellerie mangée provoque dans 95% des cas des effets secondaires qui sont des difficultés dans le système digestif : estomac et intestins : brûlures, nausées, vomissements, nœud ou boule dans le ventre, gaz, piqûres. Ces difficultés sont le plus souvent permanentes, mais il arrive qu’elles se manifestent un certain temps puis disparaissent. Elles sont médicalement inexplicables, mais les brûlures peuvent s’atténuer avec un traitement médical. Quand la personne reconnaît ces difficultés dans son ventre et qu’elle a des symptômes de sorcellerie parmi ceux décrits plus haut, elle peut être quasi sûre d’en avoir mangé. Notons aussi que la sorcellerie peut être mangée accidentellement : elle était destinée à une personne et une autre l’a mangée.
La sorcellerie piétinée est le plus souvent accidentelle : la sorcellerie traînait là pour une raison ou une autre et quelqu’un a marché dessus. Il en résulte uniquement des affectations cutanées : des plaies, des eczémas et des boutons dans le corps et surtout dans les jambes, souvent qui se déplacent dans le corps, éventuellement dans les cheveux, et qui sont médicalement inexpliqués. Il n’y a pas les affectations de séparation du couple, de blocage du travail ou autre, mais seulement les affectations cutanées. Des fois, on dépose la sorcellerie sur la route de quelqu’un - le plus souvent devant sa maison - pour l’atteindre. Elle joue alors l’effet voulu et ne se limite pas aux affectations cutanées.
La sorcellerie déposée signifie que le sorcier envoie un djinn déposer la sorcellerie dans le corps de la personne. Le plus souvent, cela est mis dans les ovaires de la femme pour empêcher qu’elle ait des enfants. Cela peut aussi être mis dans le sexe de l’homme pour l’empêcher d’avoir des rapports. Elle est aussi mise dans toute partie du corps pour provoquer des douleurs et un dysfonctionnement. Enfin, il arrive qu’elle soit déposée dans le corps simplement parce que le sorcier a aussi envoyé des djinns dans la personne et la sorcellerie déposée les empêchera de partir tant qu’elle est présente ; si le malade va se soigner, et qu’on essaye de lui enlever les djinns alors qu’ils sont liés à une sorcellerie déposée dans le corps, et que la personne qui le soigne ne sait pas le lui enlever ou ne s’en rend pas compte, elle aura beau tout faire, les djinns ne partiront pas. Donc la sorcellerie peut être déposée dans le corps simplement pour compliquer le rétablissement de la personne si elle essaye de se soigner. On peut s’en douter quand on sent une douleur permanente ou récurrente dans un endroit bien spécifique.



Sorcellerie multiple

Toutes les sorcelleries précédentes peuvent être combinées sans aucune limite. Tant qu’on ne se soigne pas, on garde la sorcellerie à vie et on les accumule avec l’âge. Mais il arrive aussi qu’on veuille tellement de mal à quelqu’un qu’on lui en fait plusieurs d’un coup ou qu’on lui en refasse régulièrement, si bien qu’il se retrouve rapidement avec un nombre très élevé de sorcelleries. Quand la personne commence à être submergée de sorcelleries, elle se met à perdre totalement le contrôle de sa personne et de sa vie.

Sorcellerie en série

Il arrive aussi que le sorcier fasse plusieurs sorts en une fois, de façon à ce que chaque fois qu’un sera enlevé, le suivant entrera en action. On voit alors le malade se rétablir pendant quelques jours puis rechuter. Il se peut aussi que le sorcier fasse un suivi du malade : il est informé par des djinns chaque fois qu’il se soigne et lui refait de la sorcellerie. La différence avec le premier cas est que la sorcellerie est différente à chaque fois. Ce dernier cas est très rare et signifie que le sorcier en veut personnellement au malade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Lun 6 Avr 2009 - 11:50

La sorcellerie

Salam

Ceci est un fatwa de 8 Savants de la Commission Permanente des Recherches Académiques et des Avis religieux d’Arabie Saoudite


L’INTERDICTION ABSOLUE DE SE RENDRE CHEZ LES SORCIERS MÊME SOUS PRÉTEXTE DE SE DÉFAIRE D’UN SORT

De nombreuses questions et demandes d’éclaircissement sont parvenues à la Commission Permanente des Recherches Académiques et des Avis Religieux au sujet de l’avis juridique concernant la sorcellerie et le fait de se rendre chez les sorciers.

Nous répondons donc : Allah a interdit d’apprendre la sorcellerie, de l’enseigner et de la pratiquer, d’après la convergence des preuves dans le Coran et la Sunna de l’interdiction de la sorcellerie et de l’incroyance du sorcier. Allah le Très Haut dit à propos des Juifs :

Et ils suivirent ce que les démons racontent contre le règne de Suleyman. Alors que Suleyman n’a jamais été mécréant, mais ce sont plutôt les démons qui l’ont été : ils enseignaient aux gens la sorcellerie, ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Hârût et Mârût, à Babylone. Ils n’enseignaient rien à personne, sans leur dire au préalable : « Nous ne sommes qu’une tentation, ne soit donc pas mécréant. » Ils apprennent auprès d’eux ce qui sème la désunion entre l’homme et son épouse. Or, ils ne sont capables de nuire à personne sans la permission d’Allah. Ils apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable. Et ils savent très bien que celui qui cherche à acquérir ce pouvoir n’aura aucune part de bien dans l’au-delà. Quelle détestable marchandise pour laquelle ils ont vendu leurs âmes ! Si seulement ils savaient ! [Sourate « La Vache », verset 102]

Ainsi, Allah a informé du mensonge des démons dans ce qu’ils racontèrent contre le règne de Suleyman RA et Il l’a innocenté de la sorcellerie dont ils l’accusaient, en niant son incroyance ; ce qui prouve que la sorcellerie est une incroyance. Allah a confirmé l’incroyance des démons et Il a cité une de ses formes : l’enseignement de la sorcellerie. Parmi les preuves qui confirment l’incroyance de celui qui apprend la sorcellerie : la parole d’Allah au sujet des deux anges qui enseignaient la sorcellerie, afin de tenter ceux qui venaient l’apprendre : « Nous ne sommes qu’une tentation, ne sois donc pas mécréant. » c’est-à-dire : ne sois pas mécréant en apprenant la sorcellerie.

Ensuite, Allah a informé qu’apprendre la sorcellerie est une nuisance et non un profit, Il a dit : Ils apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable.
Or, il est illicite d’apprendre ce qui ne profite en rien et est nuisible, dans tous les cas. Ensuite, Allah dit : Et ils savent très bien que celui qui cherche à acquérir ce pouvoir n’aura aucune part de bien dans l’au-delà. c.-à-d. : les Juifs savent très bien, d’après le pacte qui leur a été ordonné de respecter, que le sorcier n’aura aucune part dans l’au-delà. Ibn Abbas a interprété ce verset ainsi : « Il n’aura aucune part de bien. » El Hassan l’a interprété ainsi : « Il n’a aucune religion. »

Le verset prouve donc que la sorcellerie est illicite, que le sorcier est un mécréant et que les sorciers nuisent aux gens. Allah dit : Le sorcier ne réussira pas, où qu’il soit [Sourate « TâHâ », verset 69]

Dans ce verset, il y a la négation absolue de toute réussite pour le sorcier, quelque soit le lieu où il se trouve, ce qui est une preuve de son incroyance.

Quant aux preuves tirées de la Sunna : le hadith rapporté par Bukhari et Muslim, d’après Abû Hurayra RA dans lequel le Prophète PSL dit :

« Écartez-vous des sept grands péchés qui mènent à la perdition ! » Ils demandèrent : « Ô Messager d’Allah ! Quels sont-ils ? » « - L’association à Allah, la sorcellerie, tuer illégitimement une vie qu’Allah a rendue sacrée, consommer l’intérêt, consommer les biens de l’orphelin, fuir la bataille lorsque les deux armées se font face, accuser de fornication les croyantes chastes et insouciantes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Lun 6 Avr 2009 - 11:50

Ceci prouve que la sorcellerie est un énorme crime, car elle a été citée conjointement au polythéisme et considérée comme l’un des sept grands péchés qui mènent à la perdition ici-bas, de par ce qu’ils entraînent comme conséquences néfastes physiques et spirituelles, et à la perdition dans l’au-delà, du fait qu’ils sont la cause d’un châtiment douloureux pour celui qui les commet.

Également dans la Sunna : le hadith d’Abu Hurayra RA qui rapporte que le Prophète PSL a dit : Celui qui se rend chez un devin ou un voyant et croit en sa prédiction, a mécru en ce qui a été révélé à Mohammed PSL

d’après Ibn Mas’oud RAque le Prophète PSL a dit : Celui qui se rend chez un devin, un sorcier ou un voyant, puis l’interroge et croit en sa prédiction, a mécru en ce qui a été révélé à Mohammed PSL

Parmi les autres preuves, le hadith Imrâne ibn Huçayn RA qui rapporte que le Prophète PSL a dit : N’est pas des nôtres, celui qui répand des superstitions et celui qui y croit, celui qui pratique la voyance et celui pour qui elle est pratiquée, celui qui pratique la sorcellerie et celui pour qui elle est pratiquée ; celui qui se rend chez un voyant, puis l’interroge et croit en sa prédiction, a mécru en ce qui a été révélé à Mohammed PSL . Rapporté par El Bazzâr avec une bonne chaîne de transmission.

Il y a d’autres hadiths sur l’interdiction de se rendre chez les devins et les voyants, le statut juridique de ceux qui se rendent chez eux et croient en leurs prédictions, ainsi que le fait que la sorcellerie en fait partie.

Tous ces textes explicites tirés du Coran et de la Sunna prouvent l’incroyance du sorcier, ce qui implique que l’on doit l’obliger à se repentir, mais s’il refuse, on le tue. Certains savants sont d’avis qu’il faut le tuer, sans même l’obliger à se repentir. Tirmidhi rapporte d’après Jundub RA que le Prophète PSL a dit : Le châtiment du sorcier est d’être décapité d’un coup de sabre.

Il a également été rapporté d’un groupe de compagnons du Prophète PSL qu’ils ont tué des sorciers ou ordonné de le faire. Il n’y avait aucune divergence entre eux à ce sujet ; en effet, il est rapporté sous le califat de Omar RA l’exécution capitale de trois sorcières, lorsqu’il écrivit une lettre à Jaz ibn Mu’âwiya, l’oncle d’ Ahnaf ibn Qays, dont le contenu était : Exécutez tout sorcier et toute sorcière. »

L’Imam Mâlik rapporte que Hafsa RA l’épouse du Prophète PSL a fait exécuter l’une de ses esclaves qui l’avait ensorcelée ; celle-ci s’étant enfuie, Hafsa ordonna qu’on la rattrape et elle fut tuée. De même, Bukhari rapporte dans son livre « Al Târîkh al Kabîr » avec une chaîne de transmission authentique, d’après Abû Othmân : Il y avait auprès d’Al Walîd [le calife de l’époque] un homme qui s’amusait à faire des tours de magie, il trancha la tête d’une personne, puis la détacha complètement du corps ! Nous fûmes étonnés. Puis il lui remit sa tête. Survint alors Jundub ibn al Azadi qui l’exécuta. »

Il a été rapporté que d’autres compagnons ont exécuté les sorciers : Othmân ibn Affân, Ibn Omar, Abû Mûssâ, Qays ibn Sa’d qu'Allah les agrée ainsi que sept successeurs des compagnons (tâbi’îne), parmi lesquels Omar ibn Abdelazzîz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Lun 6 Avr 2009 - 11:51

Cet acte des compagnons, puis de leurs successeurs, est considéré comme un consensus de leur part sur cette question. Cheikh Chinqiti a dit : Ces traditions, dont nous n’avons nulle connaissance qu’un des compagnons les ait contestées, appuyées de plus par le hadith du Prophète PSL cité précédemment, constituent l’argument de ceux qui affirment qu’il doit être tué dans tous les cas. En effet, ces traditions et ce hadith sont une preuve qu’il doit être exécuté, même si sa sorcellerie ne le conduit pas jusqu’au degré d’incroyance, car le sorcier que Jundub RA a tué pratiquait la prestidigitation et l’illusionnisme, à tel point que les gens eurent l’illusion qu’il avait décapité cet homme. De même, la parole de Omar : « Exécutez tout sorcier » est générale et confirme cet avis. [Voir « Adwâ’ al Bayân » tome 4, page 461]

D’autre part, la sorcellerie étant un mal qui affecte le corps, jusqu’à ce qu’il tombe malade ou meurt, et qui crée la désunion entre les époux, il est donc légiféré de tout faire pour y remédier et utiliser les moyens licites de guérison. En effet, Allah le Très Haut a donné un remède à chaque maladie, comme il est rapporté dans Sahîh Bukhârî d’après Abû Hurayra RA le Prophète PSL a dit : Allah n’a pas fait descendre de maladie sans faire descendre son remède.

Muslim a rapporté d’après Jâbir RAque le Prophète PSL a dit : Toute maladie a son remède ; si le remède correspondant à la maladie est trouvé, le malade guérira grâce à Allah le Tout-Puissant. Il y a beaucoup de hadiths à ce sujet.

La sorcellerie se guérit par le Coran, les invocations légiférées et les remèdes licites, par contre utiliser la sorcellerie comme remède est illicite, d’après le caractère général des textes interdisant la sorcellerie, car c’est une œuvre du diable. De même, il est illicite de guérir la sorcellerie en sollicitant les devins, les voyants et les charlatans, et mettre en pratique ce qu’ils exigent, car ils ne sont pas croyants, ce sont des menteurs et des pervers, ils prétendent connaître l’inconnaissable et trompent les gens. Le Prophète PSL a mis en garde contre le fait de se rendre chez eux, de les questionner et de les croire. Dans un hadith authentique, le Prophète PSL a été questionné au sujet de la conjuration des sorts « nuchra », il répondit : C’est une œuvre du diable.

Rapporté par Ahmed et Abû Dâwûd avec une chaîne de transmission authentique. Le sens de la « nuchra » est : libérer la personne ensorcelée de ce sortilège. Dans le hadith, il s’agit de la « nuchra » que pratiquaient les païens antéislamiques et qui consistait à questionner le sorcier, afin qu’il délivre la personne du sortilège par un autre sortilège équivalent. Par contre, il n’y a aucun mal à défaire le sortilège par l’exorcisme légiféré, les invocations protectrices et les remèdes licites.

Tout ce qui est rapporté des pieux prédécesseurs sur l’autorisation de la « nuchra » ne concerne que la « nuchra » légiférée, c.-à-d. celle qui est constituée de versets du Coran, d’invocations légiférées et de remèdes licites. Il n’est pas non plus exact d’autoriser la conjuration du sortilège par un autre sortilège en se basant sur la règle : « L’extrême nécessité autorise l’illicite », car parmi les conditions d’application de cette règle : il faut que cet acte illicite soit moindre que l’état d’extrême nécessité, comme l’ont établi les savants spécialistes des fondements de la jurisprudence. Or, la sorcellerie constitue de l’incroyance et du polythéisme, elle est donc plus néfaste, comme le prouve la parole du Prophète PSL : Il n’y a pas de mal à pratiquer l’exorcisme, tant qu’il ne contient pas de polythéisme.

Rapporté par Muslim. De plus, la sorcellerie peut être guérie par des moyens légiférés, il n’y a donc aucune nécessité extrême pour utiliser ce qui est de l’incroyance et du polythéisme.

Au vu de ce qui précède, il est donc strictement illicite de se rendre chez les sorciers, dans tous les cas, même sous prétexte de se défaire d’un sortilège.

La Commission, en diffusant cela, souhaite mettre en évidence la vérité sur cette question, dégageant ainsi toute responsabilité et par conseil pour la communauté.

Prière et Salut d’Allah sur notre Prophète Mohammed, ses proches et ses compagnons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Lun 6 Avr 2009 - 11:52

La sorcellerie fait donc partie de l’association à Allah sous deux points de vue.

Le premier : elle fait appel à l’intervention des démons et implique que le sorcier se rattache à eux et se rapproche d’eux en faisant ce qu’ils aiment, pour qu’ils accomplissent ce qu’il désire. La sorcellerie est donc un enseignement donné par les démons. Allah dit : Mais les diables ont mécru, ils enseignent aux gens la magie .2/102


Le deuxième : Elle implique la prétention de connaître l’invisible et d’être associé à Allah dans ce domaine, ce qui est mécréance et égarement….


Ainsi cette pratique corrompe la religion et la vie de l’individu. La religion tout d’abord, puisque l’adepte des sciences divinatoires attribut aux devins les qualités propres à Allah et il fait d’eux les associés d’Allah dans la gestion de l’univers, ce qui constitue une grande mécréance… Et la vie mondaine également, puisque les adeptes dépendent et dilapident leur argent, le donnant à ces escrocs qui vendent des places pour l’enfer, sous forme de talisman ou d’incantations sataniques et Allah est véridique en sa parole : Et ils savent très certainement, que celui qui acquiert ce pouvoir n’aura aucune part dans l’au-delà. Certes, quelle détestable marchandise pour laquelle ils ont vendu leur âmes ! Si seulement ils savaient . 2/102

Et quel malheur de voir se vendre dans des librairies "islamiques" entre guillemets , des livres qui enseignent comment contacter les démons et obtenir leurs services. Que ces vendeurs craignent Allah et se repentent pour avoir égaré les gens et avoir exposé la communauté à la colère divine.

Ces ouvrages doivent disparaître à tout jamais car ils ne font que corrompre la société. Les sorciers doivent être bannis de la communauté afin qu’Allah fasse descendre sa miséricorde et son pardon et que nous puissions enfin jouir des délices du monothéisme ici bas et dans l’au-delà…

Et au nombre de ces égarements il y a la prédiction du futur en lançant les osselets ou en interprétant le vol et le cri des oiseaux ; tout cela n’est que prétention vaniteuse ; tout ceci se fait en demandant l’intervention des démons qui écoutent la conversation des anges dans le ciel… Le diable capte un mot de cette conversation pour la rapporter au voyant, ensuite, ce dernier ajoute à cette parole 100 mensonges. Alors les gens le croient véridique à cause de cette seule vérité qui a été entendu au ciel. Tandis qu’Allah est le seul à connaître l’invisible. Par conséquent celui qui prétend s’associer à Allah dans ce domaine, en pratiquant la divination ou autre, ou croit à celui qui le prétend, donne à Allah des associés dans ce qui Lui est propre ; Et sort ainsi du cercle de l’islam. Et dans le récit authentique d’après Abou Hourayra : celui qui se rend chez un devin et croit à sa parole a certes mécru en ce qui a été révélé à Mouhammad .

Et dans une autre version : la prière de quiconque approche un devin et lui demande quoique ce soit ne sera pas acceptée durant une période de 40 jours et 40 nuits

Malheur donc à ces imposteurs qui trompent les fidèles, et se présentent à eux comme des guérisseurs bien intentionnés, et parfois même ils revêtissent les vêtements de la piété, se faisant passer pour des imams et des érudits de l’islam, alors qu’ils ne sont pas dignes de tenir un Qur’an dans la main. Ils demandent un animal au patient qu’ils immoleront pour un autre qu’Allah, ou bien ils marquent des formules païennes et des incantations sataniques sous forme de talismans à porter autour du cou ou à accrocher dans les maisons.

Ils éloignent ainsi les cœurs du rappel d’Allah et les rattachent à des "choses" qui se voient divinisées. Qu’Allah nous épargne du mal de ces gens. Le prophète sas disait dans ce qui est rapporté d’Ibn Mass’oud : les formules de conjuration Ar-rouqa , les amulettes At-tamâ-im et At-tiwalah sont une forme de polythéisme

Quant au "tiwalah" il s’agit d’une chose que les gens fabriquent, en prétendant qu’elle suscite l’amour du mari pour son épouse et réciproquement. C’est pour quoi le talisman et autre gri gri doivent disparaître de la vie du musulman.

Et Saïd ibn Joubayr a dit : celui qui arrache l’amulette du cou d’une personne, c’est comme si il avait libéré un esclave .

Qu’Allah donc nous libère à tout jamais du joug du polythéisme, sous toutes ses formes, qu’il nous accorde la liberté, liberté qui n’est obtenue que par un asservissement au seigneur de l’univers, seul et sans associé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Lun 6 Avr 2009 - 11:54

après avoir évoqué la sorcellerie, nous nous penchons sur la question de son traitement et de la protection légitime contre ses attaques.
sachez qu’il est tout à fait légitime de se soigner et de chercher un remède aux maux qui nous touchent cela en se faisant consulter par un médecin expérimenté.

Et ce tant que le médicament est licite. Le prophète PSL disait : soignez-vous, ô serviteurs d’Allah, et ne vous soignez pas à l’aide de substances interdites .

Cela entre dans le chapitre de l’utilisation des causes instaurées par Allah pour produire certains effets, et cet acte n’ébranle pas la confiance en Allah, tant que le croyant considère que ces causes ne peuvent être efficaces que par la volonté et la puissance du Seigneur, béni et élevé. Et Allah a fait descendre le virus et Il a fait descendre l’antidote ; le connaît qui le connaît, et l’ignore qui l’ignore…

Un traitement illicite étant lui-même illicite, il n’est donc pas envisageable pour le croyant de se rendre chez les devins qui prétendent connaître l’invisible afin de diagnostiquer l’origine du mal ; et il n’est pas permis de les croire dans tout ce qu’ils racontent de fabulations et de propos délirants inspirés par les démons auprès de qui ils recherchent l’aide et le soutien ; ceux là n’ont pas d’autres qualificatifs que la mécréance et l’égarement à cause de leur prétention à connaître le caché.

Et Mouslim rapporte dans son recueil authentique que le prophète PSL dit : Celui qui se rend chez un voyant, sa prière ne sera pas acceptée pour une durée de quarante jours .

Et dans le récit transmis par Abou Hourayra RA : Et celui qui se rend chez un devin et croit en sa divination aura renié les révélations descendues sur Mouhammad . Qu’Allah nous préserve donc du mal des sorciers et des devins.

Allah a prescrit un traitement préventif contre la sorcellerie avant qu’elle ne nous atteigne, de même qu’Il a clairement indiqué comment se soigner de ce mal, une fois qu’il nous touche. Tous cela est l’effet de Sa grâce et de Sa miséricorde.

Ainsi les incantations et le rappel fréquent d’Allah matin et soir, sont le meilleur moyen de construire une barrière protectrice contre l’assaut des forces démoniaques

Arrow Réciter le verset du "repose pied" ayatoul kourssiy après chaque prière prescrite, de même que la récitation à trois reprises des courts chapitres. Le culte pure al-ikhlass , l’aube naissante al falaq , les hommes an-nass , également faire la lecture des deux derniers versets du chapitre de la génisse al baqara : Le messager a cru en ce qu’ on a fait descendre vers lui, venant de son seigneur, et aussi les croyants… 2/285-286.

Il est authentifié du messager d’Allah PSL qu’il dit : celui qui lit le verset du "repose pied" la nuit, un Ange protecteur veillera sur lui, et aucun diable ne l’approche jusqu’au matin .

Et il dit aussi : quiconque lit les deux derniers versets du chapitre la génisse al-baqara , ils lui suffisent . et le sens est qu’ils lui suffisent contre tout mal.

Il convient également de multiplier la demande de protection au travers des paroles accomplies d’Allah contre le mal de ce qu’Il a créé, nuit et jour et en tout lieu, que l’on soit abrité sous un toit ou que nous passions la nuit à l’air libre, dans la foret et le désert.

Le prophète sas disait : Quiconque fait une halte à un endroit, dit : A onzou bi kalimaaty lahi taamaaty mine charry maa khalaqa je cherche refuge au près des paroles parfaites d’Allah contre le mal qu’Il a créé[/b] . [b]Aucun mal ne le touchera jusqu’à ce qu’il quitte cet endroit .

Parmi ces méthodes, il y a le fait de dire trois fois, à l’aube et au crépuscule : Bismillahi lazi laa yadourrou mahas mihi chay'oune fil ardhy wala fis samaa'i wahouwa samihoun alim = Au nom d’Allah, Celui par le nom de Qui, rien ne peut nuire sur la terre et dans les cieux, et c’est Lui l’Audient et le Parfaitement connaisseur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   Lun 6 Avr 2009 - 11:55

Et toutes ces invocations sont la meilleure armure portée contre les sortilèges lancés tels les flèches empoisonnées, des invocations sincères, toutes entières adressées à Allah, plaçant en lui seul notre confiance, le prenant pour guide et soutien ; Allah nous suffit, quel excellent protecteur… et s’Il a décrété pour toi l’ épreuve de l’ensorcellement et que la magie finit par te toucher, il y a toujours moyen d’être sauvé, il convient de cueillir sept feuilles de l’arbre du jujubier (appelé sidéme en wolof) et de les écraser entre deux pierres puis de les mélanger à de l’eau une quantité suffisante pour se laver et en boire , sur laquelle il nous faut réciter ce qui suit :

Arrow Le verset du repose pied. 2/255

Arrow La sourate "les infidèles". 109 dans sa totalité.

Arrow La sourate du "monothéisme pur" 112

Arrow La sourate de " l’aube naissante" 113

Arrow La sourate des "hommes" 114

Ainsi que les versets traitant de la magie dans la sourate al’araf 7/117-119 ; Et nous révélâmes à moïse : " jette ton bâton" et voila que celui-ci se mit à engloutir ce qu’ils avaient fabriqué. Ainsi, la vérité se manifesta et ce qu’ils firent fut vain. Ainsi ils furent battus et se trouvèrent humiliés. Et les sorciers se jetèrent prosternés,ils dirent : nous croyons au Seigneur de l’univers, au Seigneur de Moïse et Aaron .


Et les versets de la sourate Jonas 10/79-82 ; Et Pharaon dit : " amenez-moi tout magicien savant ! " puis lorsque vinrent les magiciens, Moïse leur dit : "jetez ce que vous avez à jeter ", lorsqu’ils jetèrent, Moïse leur dit :ce que vous avez produit est magie ! Allah l’annulera, car Allah ne fait pas prospérer ce que font les fauteurs de désordre ; et par ses paroles Allah fera triompher la vérité, quelque répulsion qu’en ait les criminels .

Et les versets de la sourate Ta-ha 20/65-69 ; Ils dirent : ô Moïse ! Ou tu jettes le premier ton bâton ou que nous soyons les premiers à jeter ? Il dit : jetez plutôt. Et voila que leurs cordes et leurs battons lui parurent ramper par l’effet de leur magie. Moïse ressentit quelque peur en lui-même. Nous lui dîmes " N’aie pas peur, c’est toi qui auras le dessus. Jette ce qu’il y a dans ta main droite. Cela dévorera ce qu’ils ont fabriqué. Ce qu’ils ont fabriqué n’est qu’une ruse de magicien : et le magicien ne réussit pas où qu’il soit" .


Après la récitation des versets précédents sur l’eau, on en boit trois fois avant de se laver avec le reste, ainsi le mal se dissipe avec la volonté d’ Allah.

Arrow Il existe aussi un autre moyen de traiter la sorcellerie et qui consiste à déployer des efforts (ses efforts ne sont rien d'autres que des invocations a faire jusqu'à ce qu'Allah le dévoile ) pour connaître l’emplacement du sort ou le lieu où il est dissimulé. Si la personne concernée arrive à le localiser et le détruire, l’effet du sort est éliminé. Tels sont certains procédés auxquels ont peut faire appel pour se protéger contre la sorcellerie et traiter ses effets
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof   

Revenir en haut Aller en bas
 
SIHR sorcellerie ou Djabar en Wolof
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» As Sihr ( Sorcellerie )
» [Info] Pour enlaidir une personne
» pratiquer la sorcellerie peut vous faire "déprimer" ?
» Sorcellerie et mauvais oeil
» Faire attention au danger sorcellerie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guiss Sa Yonne (Trouver Sa Voie) :: DIVERS :: Médecin Prophètique-
Sauter vers: