Guiss Sa Yonne (Trouver Sa Voie)

D'après le Coran et la Sounnah selon la Compréhension des Pieux Prédécesseurs
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Adhan et l'Iqama

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:23

Ahkamu-l-Adhâni wa-l-Iqâmati

(Le statut du Adhan et de l'Iqama)


Auteur: Al Imâm Al Muhaddith Cheykh Muhammad Nâsirddîn Al Albânî
Edition: Gheras


Al Adhân

[ Début de la législation du Adhân]

1. Avant qu'il ne soit les Sahaba -radiAllahu 'anhum- s'entretenirent les uns les autres sur le fait de marquer le temps de la salât.

D'après Nâfi' , Ibn 'Umar -radiAllahu 'anhu- disait: "A leur arrivée à Médine, les Musulmans se regroupaient et attendaient l'heure de la prière sans qu'on eût fait l'appel à venir la faire. Un jour, ils s'entretenirent sur le sujet. Quelques-uns d'entre eux dirent: "Adoptons une cloche pareille aux cloches des Chrétiens!- Non, opposèrent d'autres, utilisons plutôt un cor pareil à la corne dont les Juifs font usage.- Pourquoi, intervint 'Umar, ne désignons-nous pas un homme pour appeler à la prière?" Sur ce, le Messager d'Allah [appela Bilâl -radiAllahu 'anhu-]: Ô Bilâl! lève-toi et appelle à la prière!""
[Sahîh Al Bukhârî n°604/ Tome.1]


2. Puis Al Adhân fut légiféré par l'enseignement que fit un Ange à 'Abdullah ibnu Zayd -radiAllahu 'anhu- dans un rêve, et par sa parole : "C'est un rêve véridique incha Allah".

Ici, Cheykh Al-Albânî évoque le [hadith Sahîh rapporté par Ibn Khuzayma, Al Bukhârî, Muslim et d'autres-rahimahumullah Djallu wa 'alâ].


[Hukmu-l-adhâni] (statut du Adhan) :

3. Il est Fard kifâyah

Le Prophète a dit à Mâlik ibnu-l-Huwayrith -radiAllahu 'anhu-: "Retournez chez les vôtres, restez parmi eux, enseignez-leur [l'Islâm], ordonnez-leur [de faire le bien]et priez comme vous m'avez vu prier. Lorsque le temps de la prière arrive, que l'un de vous vous fasse Al-Adhân et que le plus âgé d'entre vous préside la prière!"
[Sahîh Al-Bukhârî n°631/Tome.1]

Puis, le Cheykh cite d'autres ahadith appuyant ce Hukm (Jugement).

Ensuite, il apporte les paroles de différents 'Ulama -rahimahumullah Ta'âlâ sur cette question.
Parmi celles-ci, celle de Cheykh Al Islâm Ibnu Taymiyya :

" Ibnu Taymiyya fut interrogé sur Al-Adhân:
Est-il Obligatoire ou Sunnah? Il répondit par cette parole: " Ce qui est authentique au sujet d'Al-Adhân, c'est qu'il est Fard Kifâyah [...]"
[Al-Fatâwâ "1/67-68" et Al-Madjmû' "3/82"]

[La description du Adhân] :


4. Sa description a été rapporté de trois façons:


La première: En le prononçant (Al-Adhân) en 19 mots:

"Allahu Akbar Allahu Akbar, Allahu Akbar Allahu Akbar,

Achhadu an lâ ilaha illallah, Achhadu an lâ ilaha illallah (à voix basse) ,
Achhadu ana Muhammadân Rasûlullah, Achhadu ana Muhammadân Rasûlullah (à voix basse) ,

puis on reprend ces paroles, mais on les prononce à haute voix à ce moment là:

Achhadu an lâ ilaha illallah, Achhadu an lâ ilaha illallah,
Achhadu ana Muhammadân Rasûlullah, Achhadu ana Muhammadân Rasûlullah

Hayyâ 'alâ s-Salâh, Hayyâ 'alâ s-Salâh,
Hayyâ 'alâ-l-falâh, Hayyâ 'alâ-l-falâh,

Allahu Akbar, Allahu Akbar,

Lâ ilaha illallah."
[D'après un hadith Sahîh rapporté par Al Bukhârî, Muslim, Ibni Hibbân et d'autres -rahimahumullah -]

Il est le Adhân des gens de Mecca (Ach-Châfi'î ) / comme a dit at-Tirmidhî et nous informe Ibnu Hazm -rahimahumullah - "150-3"

La deuxième en le prononçant en 17 mots:

Il est le même (Al-Adhân) que le premier, mais on prononce 2 Takbîr (Allahu Akbar) et non 4.

[Muslim, Mâlik et d'autres -rahimahumullah -]

Il est le Adhân des gens de Medina (Mâlik ) / "Al Madûna"-57/1-

La troisième: En le prononçant en 15 mots:

Il est le même Adhân que le premier, mais sans l'Attestation (Ach-Chahada) à voix basse.

[D'après le hadith de 'Abdullah Ibnu Zayd -radiAllahu 'anhu- cité plus haut]

Il est le Adhân des gens de Kûfa (Abû Hanîfa et Sufyân ath-Thawrî -rahimahumullah Djallu wa 'alâ-]/ "Al Madjmû'"-93/3-


[L'Ajout légiféré dans l'Adhân] :

5.Il n'a pas été légiféré d'ajout en ce qui concerne Al-Adhân, sauf dans 2 cas qui sont:

- Le premier: Dans le premier Adhân du Subh en particulier, on dit après cette parole: Hayyâ 'alâ-l-Falâh : As-Salâtu khayrun minna-n-Nawm, As-Salâtu khayrun minna-n-Nawm.

D'après Abî Mahdhûr -radiAllahu 'anhu- : Le Prophète lui appris à dire dans le premier Adhân de Subh: As-Salâtu khayrun minna-n-Nawm, As-Salâtu khayrun minna-n-Nawm.
[Ibnu Hazm et d'autres -rahimahumullah - avec une chaîne Sahîha]


- Le deuxième:Lorsqu'il fait un grand froid ou qu'il pleut, on ajoute après cette parole: Hayyâ 'alâ-l-Falâh , ou après la fin d'Al-Adhân: Sallû fî-r-rihâl ou bien on dit: wa man qa'ada falâ haradj 'aleyhi: (et celui qui reste assis, il n'y pas de mal à cela)

'Abdullah Ibnu-l-Hârith -radiAllahu 'anhu- dit: "En un jour de boue, Ibn 'Abbas -radiAllahu 'anhuma- nous fit un sermon et, en voyant le Muadh-dhin arriver à: Hayyâ 'alâ s-Salâh, il lui dit: "Dis: "as-Salâtu fî-r-rihâl!" En entendant cela, les présents se regardèrent comme s'ils avaient désapprouvé cela. "Il paraît, leur dit Ibn 'Abbas -radiAllahu 'anhuma- , que vous désapprouvez cela. Eh bien! cela a été fait par celui qui est meilleur que moi- c'est-à-dire le Prophète - , sachez aussi que bien que la prière [du Vendredi] est une obligation mais je n'ai pas voulu vous causer de gêne.""
[Sahîh Al-Bukhârî , Tome.1; n°668]

(on peut dire: "Sallu fî-r-rihâl"/ "Sallu fî rihâlikum"/ "as-Salâtu fî-r-rihâl"), ceci est de la Sunnah.

D'après Na'îm -radiAllahu 'anhu- : "Le Muadh-dhin du Prophète fit le Adhân et dit à sa fin: wa man qa'da falâ haradj 'aleyhi". (et cela était dans le Adhân du Subh par un jour de grand froid).

[an-Nasâ'î, Ahmed et d'autres -rahimahumullah - avec une chaîne Sahîha]

(J'ai pensé que le fait d'évoquer le chapitre suivant "Mustahibâtu-l-Adhâni" -avant ceux qui le précède dans l'ouvrage-, était plus sage avec la réalité de nos Masâjid et leur Mu-adh-dhinîn.

J'énumère ici donc, les recommandations relatives au Adhân).
Et j'invoque Allah par ce quoi Son Prophète l'a invoqué:

"Allahumma archidi-l-a-immata, wa ghfir li-l-mu-adh-dhinîn!"

d'après ce qui suit:

517- (Sahîh)

Le Prophète a dit:

"L'Imam garant (Dâminun) , et le Mu-adh-dhin (celui qui appelle à la prière) de confiance (Mu'-tamanun) , Ô Allah guide les Imams et pardonne les Mu-adh-dhinîn ."

[Sunan Abî Dâwud avec le Tahqîq de Cheikh Al-Albânî aux édt° Maktaba Al-Ma'ârif, p.87]


[Mustahibâtu-l-Adhâni]

1. Faire Al-Adhân en état de pureté:

Et la preuve de cela est sa parole :

"Je déteste invoquer Allah sans être en état de pureté"

[Authentifié par Ibnu Khuzeyma et Ibnu Hibbân et d'autres -rahimahumullah ]

Mais le hadith: "On fait le Adhân qu'en étant avec ses ablutions" /Traduction approximative
est faible et non authentique; rapporté par Abû 'Issâ at-Tirmidhî .

Puis at-Tirmidhî dit:

"Les 'Ulama ont divergés quant au fait de faire Al-Adhân sans les ablutions.

Ont détestés cela certains Ahlu-l-'Ilm; parmi ceux qui disent cela:

ach-Châfi'î
Ishâq

Ont permis (roukh-khaSa)cela certains Ahlu-l-'Ilm; parmi ceux qui disent cela:

Sufyân ath-thawrî
Ibnu-l-Mubârak
Ahmed



2. Être debout (Qâ-imân) :

D'après Wâ-il -radiAllahu 'anhu-:

"Il est un droit (Haq) et une Sunnah qu'un homme ne fasse le Adhân qu'en étant purifié, et qu'il ne le fasse qu'en étant debout (Qâ-im) " .

Ibnu-l-Mundhir dit:

"Il y a concensus des Ahlu-l-'Ilm sur le fait de dire que la position debout dans le Adhân est de la Sunnah".

[Al-Fath -60/2-]

3. Être sur un lieu élevé:

Le Messager d'Allah avait deux Mu-adh-dhinîn: Bilâl et Ibnu Umi Maktûm l'aveugle -radiAllahu 'anhuma-, Le Messager d'Allah dit:

"Bilâl fait le Adhân pendant qu'il est encore nuit. Mangez et buvez jusqu'au Adhân d'Ibnu Umi Maktûm".

Il dit :

"Il n'y avait qu'entre eux (le temps) que celui-ci descende et celui-là monte".

[Al-Bukhârî et Muslim -rahimahumullah ]

4. Être face à la Qiblah:

Dans les posts précédent, j'ai énoncé la description du Adhân d'après le hadith de 'Abdullah Ibnu Zayd -radiAllahu 'anhu-.
Dans ce dernier, il est fait allusion que le Mu-adh-dhin se positionnait face à la Qiblah lorsqu'il disait: "Allahu Akbar, Allahu Akbar..." Al-Hadith.

5. Elever sa voix:

D'après 'Abda-r-Rahman Ibnu 'Abdullah bn 'Abda-r-Rahman bn Abû Sa'sa'a Al Ansarîy Al Mâzinîy, son père rapporta qu'Abû Sa'îd Al-Khudry -radiAllahu 'anhu- avait dit:

"Je vois que tu aimes tes moutons et le désert. Eh bien! lorsque tu seras avec tes moutons ou dans le désert au moment où tu prononceras le Adhân, tâche délever ta voix lors de l'appel! car tous ceux qui entendront la portée de la voix de celui qui fait le Al-Adhân, Djinns, Humains ou autres choses, témoigneront en sa faveur le Jour de la Résurrection...

"J'ai entendu cela du Messager "

[Sahîh Al-Bukhârî , tome.1; n°609]

6. Mettre ses doigts dans ses oreilles:

On rapporte que Bilâl -radiAllahu 'anhu- avait mis ses deux doigts dans ses oreilles...

[Sahîh Al-Bukhârî , Tome.1; Chap. Est-ce que le Mu-adh-dhin doir doit répandre sa voix par-ci et par-là? Doit-il se tourner pendant le Adhân?]

(Il est rapporté dans le même chapitre qu'Ibnu 'Umar -radiAllahu 'ahuma- ne mettait pas ses deux doigts dans ses oreilles)

Concernant le fait de se touner à droite et à gauche pendant le Adhân (voir dans les posts précédant, à quel moment le Mu-adh-dhin se tourne...), Cheykh Al-Islâm Al-Albânî souligne qu'il ne s'agit que de tourner la tête seulement et non le buste.


Fâ-idatân:

Al-'Ulama -rahimahumullah - disent:

"Dans cela (dans le fait de mettre les doigts dans ses oreilles) il y a fâ-idatân:"

Permet d'élever la voix
Permet à ceux qui sont sourd de voir que le Mu-adh-dhin fait le Adhân

[Al-Fath, -92/9-]

7. [Tourner seulement sa tête]à droite et à gauche...:

...lorsque le Mu-adh-dhin prononce ces paroles:

"Hayyâ 'alâ-s-Salâh" 2 fois droite et "Hayyâ 'alâ-l-Falâh" 2 fois à gauche.

[voir la référence du hadith dans les 1ers posts incha Allah ]

8. Que son Adhân soit fait en son 1er temps comme faisait Bilâl -radiAllahu 'anhu- :

Le cheykh évoque le hadith rapporté Muslim qui précise que Bilâl ne faisait le Adhân que lorsqu'il voyait le soleil...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:24

Le statut de l’appel à la prière



Question :

L’appel à la prière est-il obligatoire ? Nous sommes étudiants dans une faculté et nous prions dans un lieu de prière… Devons-nous lancer un appel avant de procéder à la prière, même si nous entendons des appels lancés à partir d’autres mosquées ?


Réponse :

Louange à Allah

Premièrement, le terme « adhan » signifie linguistiquement : informer. C’est pourquoi Allah le Très Haut dit : « Et fais aux gens une annonce pour le Hajj…» (Coran, 22 : 27) c’est-à-dire : informe-les. Du point de vue religieux, c’est un geste cultuel qui consiste à annoncer l’entrée du temps d’une prière prescrite, grâce à l’emploi de termes consacrés, et selon une modalité particulière.

Deuxièmement, les jurisconsultes sont tous d’avis que l’adhan fait parti des rites publics caractéristiques de l’Islam. leur divergence de vues ne porte que sur son statut. On a dit qu’il constitue une obligation communautaire. C’est l’avis de l’imam Ahmad choisi par Cheikh al-islam Ibn Taymiyya et Cheikh Ibn Outhaymine, un de nos contemporains (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde). L’on a dit encore que c’est une Sunna bien confirmée. C’est le premier avis qui est juste. Et si quelqu’un procède à l’adhan, les autres échappent au péché. La sunna corrobore cet avis comme suit :

Malick ibn al-Houwayrith dit : nous nous rendîmes auprès du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) à notre jeunesse et restâmes vingt nuits à ses côtés. Clément et doux, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) crut que nous avions la nostalgie de nos familles et il nous interrogea à propos des membres de nos familles laissés derrière nous et nous l’en informâmes. C’est alors qu’il dit : rejoignez-les, restez avec eux et apprenez leur de faire procéder à l’appel à la prière à l’arrivée de son temps et de laisser le plus âgé d’ente eux leur diriger la prière. (rapporté par al-Boukhari, 602 et par Mouslim, 674). La version d’al-Boukhari (n° 604) se présente en ces termes : « quand vous êtes tous les deux en sortie, que l’un de vous lance l’appel à la prière et que le plus âgé d’entre vous dirige la prière ».

Selon la version d’at-Tirmidhi (205) et d’an-Nassaï (634) Malick ibn al-Houwayith a dit : nous nous rendîmes, un cousin et moi-même, auprès du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) et il nous dit : « Quand vous êtes en voyage, appelez à la prière, annoncez l’imminence de son commencement et que le plus âgé d’entre vous vous serve d’imam ». (déclaré authentique par al-Albani dans « Irwa al-Ghalil, 1/230.

Ces deux hadith indiquent que l’appel à la prière est une obligation communautaire puisque le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) avait donné l’ordre qu’une seule personne procédât à l’appel à la place de tous et il n’avait pas donné l’ordre aux groupes de procéder à des appels répétés. Voir Tawdhih al-ahakm, 1/424.

An-Nawawi a dit : « Le hadith indique que le lancement de l’appel à la prière et la célébration de celle-ci en groupe incombent aux voyageurs. Il implique encore une exhortation à maintenir cette pratique aussi bien en cas de voyage qu’en cas de séjour.

Charh Mouslim, 5/175.

Les ulémas de la Commission Permanente ont dit : « L’appel à la prière et l’annonce de l’imminence de son démarrage sont une obligation communautaire, si un muezzin lance dans une localité un appel audible à tous, cela suffit. Car il n’est pas nécessaire que chaque groupe isolé lance son propre appel à la prière. Cependant il reste préférable de ne pas abandonner l’appel , même si l’on prie seul.

La Commission Permanente a été interrogée en ces termes : est-il nécessaire de lancer l’appel à la prière à l’aide de hauts parleurs et à partir de toutes les mosquées du quartier, même si l’on sait qu’un seul appel est audible pour tous ? Ou suffit-il de lancer un seul appel à partir de l’une des mosquées du quartier ?

Réponse

L’appel à la prière est une obligation communautaire. Si un seul muezzin le lance audiblement dans un quartier, cela suffit. Mais il est permis aux membres de chaque mosquée de procéder à l’appel compte tenu de la portée générale des arguments … cela dit, il vaut mieux que vous procédiez à l’appel à la prière, même si vous n’êtes pas obligé de le faire.. Allah le sait mieux.



Islam Q&A (www.islam-qa.com)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:25

Prier sans avoir fait l'appel a la prière (le Adhan)



Il a été demandé à Sheikh Al-Fawzan (hafidhahullah):

1) J’ai entendu dire qu’il n’était pas permis de prier sans faire l’appel à la prière (adhan). Je travaille seul et à la campagne. Je prie, grâce à Dieu, mais sans faire l’appel à la prière. Est-ce que ma prière est valide ou non ? Dans le cas où elle ne serait pas valide, que dois-je faire pour les prières antérieures ?


Réponse :

La prière est permise sans faire l’appel à la prière et elle est valide. L’appel est une adoration indépendante qui a pour but d’annoncer le début du temps dans lequel la prière doit se faire. C’est également un symbole de l’Islam et son mérite est grand. Il est donc nécessaire de le préserver et de l’accomplir quand vient l’heure, même si on est seul. Il est conseillé de l’accomplir avant la prière, car il y a là un grand mérite et une grande récompense. Si une personne seule ou accompagnée prie sans faire l’appel à la prière, leur prière est valide mais ils perdent le mérite et la récompense de l’accomplissement de cet appel.



[Fatwa n°50 extraite du livre « Al Muntaqa », volume 3, page 38]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:25

Question :


Question : Procède-t-on à l’adhan et à l’iqama quand on prie individuellement ? Je viens de me convertir à l’Islam et je lis beaucoup de livres, mais ils ne mentionnent rien de tout cela.

Réponse :

Louange à Allah

Il est recommandé au prieur isolé de procéder à l’adhan et à l’iqama compte tenu de la généralité des textes. A ce propos, Cheikh Mansuur al-Bahouti (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde)dit : « La Sunna veut que le prieur isolé procède à l’adhan et à l’iqama conformément au hadith d’Oqba Ibn Amir attribué au Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) : « Ton Maître s’étonne d’un berger au sommet d’une montagne qui lance un appel à la prière et prie. Allah le Puissant et Majestueux dit : « Regardez mon serviteur que voici ; il procède à l’adhan et à l’iqama et éprouve de la crainte pour moi. Je vous prends pour témoins que j’ai pardonné à mon serviteur et je le ferai entrer au paradis ». (rapporté par an-Nassaï). La Sunna veut également qu’adhan et iqama soient observés en voyage compte tenu des propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) adressés à Malick Ibn al-Houwayrith et l’un de ses cousins : « Quand vous voyagez, maintenez l’adhan et l’iqama et que le plus âgé d’entre nos serve d’imam » (rapporté dans les Deux Sahih) Voir Matalibou ouli an-Nouha, tome 1 chapitre sur l’adhan.

Il est réprouvé pour le prieur isolé d’abandonner l’adhan et l’iqama. A ce propos, ash-Shafi’i (Puisse Allah le Très Haut lui accorder Sa miséricorde) dit : « Il est réprouvé pour quelqu’un d’abandonner l’adhan et l’iqama, qu’il prie tout seul ou en public. Mais il n’est pas tenu de répéter les prières effectuées sans adhan ni iqama. Voir le livre al-Oum de ash-Shafii : djima’al adhan, chapitre : effectuer l’adhan et l’iqama pour réunir deux prières.




Islam Q&A
Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid (www.islam-qa.com)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:26

Question :


Qu’en est-il du fait de chanter l’appel à la prière et d’allonger les voyelles des mots qui le composent ? Le hadith qui aborde l’interdiction de chanter prohibe également l’usage de ses recettes. Est-ce que le fait de chanter l’appel à la prière est essentiellement interdit ?

Réponse :

Louange à Allah

Il n’est pas permis de chanter l’appel à la prière. Mais cette interdiction n’est pas comme celle qui s’applique au fait de chanter. Elle est plutôt susceptible d’être interprétée soit dans le sens de la réprobation, soit dans celui de l’interdiction, sauf si le fait de chanter l’appel conduit à une modification de la signification des paroles. Dans ce cas, la pratique est interdite.

1/ Zayn ad-Dine al-Iraqi a dit : « Il est recommandé de prononcer l’appel à la prière posément et il est réprouvé d’allonger les mots comme pour chanter. Cela s’atteste dans ce hadith selon lequel un homme dit à Ibn Omar :

– « Je t’aime pour Allah »

– « Mais moi, je te hais pour Allah ! C’est parce que tu commets des excès dans l’appel à la prière »


2/ Waliyouddine al-Iraqi : ach-chassi a dit dans al-Mu’tamad : ce qui est juste c’est que le muezzin fait en sorte que sa voix soit modérément douce et attristante et ne soit pas roque comme celle des bédouins ni trop faible comme celle des gens qui agissent nonchalamment ».

L’auteur d’al-Hawi dit : « Le terme baghy signifie parler emphatiquement. Il dit encore : il est réprouvé de chanter l’appel à la prière parce que cela peut le rendre incompréhensible et que les ancêtres pieux l’évitaient et qu’on ne l’a inventé qu’après eux ». Voir Tarh at-Tathrib, 3/118-120.

3/ Ibn al-hadj a dit : chapitre sur l’interdiction de prononcer l’appel à la prière de façon mélodieuse.

Que l’on se méfie de prononcer l’appel à la prière mélodieusement et que l’on interdise aux autres ce qu’ils ont inventé et qui ressemble au chant! Ceci ne concerne pas les groupes qui prononcent collectivement ledit appel et le chantent de façon à ce que l’on ne perçoive des mots qu’ils emploient que des sons qui augmentent en volume tantôt et diminuent tantôt. C’est une innovation désagréable qui date d’une époque récente parce qu’inventée par un prince au sein d’une école qu’il avait fait construire. A partir de là, la pratique se propagea. C’est cette pratique qui a été maintenue en Syrie jusqu’à nos jours. Elle n’en demeure pas moins une innovation odieuse. En effet, l’objectif visé à travers l’appel à la prière est d’inviter les gens à aller prier (à la mosquée). Il est donc nécessaire que l’auteur de l’appel le prononce de façon à faire comprendre à l’auditeur ce qu’il dit. Or la pratique incriminée ne permet à comprendre quoi que ce soit en raison de l’altération des mots. Un hadith du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) dit : « Quiconque introduit dans notre affaire (religion) quelque chose qui lui est étranger le verra rejeter ».

L’imam Abou Talib al-Makki (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit dans son livre : « Une de leurs innovations consiste à chanter l’appel à la prière, ce qui constitue un abus injuste. Un muezzin dit à Ibn Omar :

– « Je t’aime pour Allah »

– « Mais moi je te hais pour Allah »

– « Pourquoi donc, ô Abou Abd Rahman ? ».

– « Parce que tu commets un abus dans ton appel à la prière et en perçois un salaire ».




Abou Bakr al-Adjoumi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « Ne me trouvant plus à l’aise à Bagdad je l’ai quitté parce que les innovations s’étaient étendues à tout y compris la manière de réciter le Coran et d’appeler à la prière ». Il entend la perception d’un salaire (par le muezzin) et les erreurs grammaticales (commise par lui). Voir al-madkhal, 2/245-246).

4/ L’auteur de la Moudawwana dit : « Il est réprouvé de faire du Tatrib dans l’appel à la prière. A propos du tatrib, l’auteur du Taraz dit : il consiste à découper le son et à l’amplifier. A l’origine, le terme signifie réflexe qui résulte d’un excès de joie ou de tristesse. Il dérive de idhtirab ou de tarba. L’auteur d’al-Atbiyya dit : « Il est réprouvé de faire du tatrib dans l’appel à la prière. » Ibn Habib a dit : Il en est de même du tahzin (manipulation de la voix de sorte à inspirer l’attrition) qui n’est pas accompagné de tatrib. Il ne convient pas d’incliner les lettres ni de les chanter. Car la Sunna veut qu’on prononce l’appel de façon normale et d’une voix élevée. Ibn Fashoun a dit : le tatrib consiste à allonger ce qui devrait être raccourci et à raccourcir ce qui devrait être allongé.

Quand Abd Allah ibn Omar entendit quelqu’un faire du tatrib dans son appel à la prière, il lui dit si Omar était vivant, il t’ouvrirait les mâchoires ! Ibn Nadji a dit : il est réprouvé de faire du tatrib parce qu’il exclut la révérence et la retenue et pousse à chanter. La réprobation s’applique au tatrib ordinaire car il revêt une forme exagérée, il est alors interdit. Ibn Habib assimile le tahzin au tatrib selon ce qui a été rapporté par Abou Muhammad.

En somme, il est recommandé de choisir un muezzin doté d’une belle et forte voix capable de répéter le son au fond du gosier. L’on y réprouve la voix dure et roqueuse et le recours au tatrib et au tahzin ordinaires. Leur exagération est interdite. Voir Mawahib al-Djalil de Hattab, 1/437-438.

5/ Cheikh Muhammad ibn Ibrahim (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « Il ne convient pas de recourir à l’allongement excessif des lettres dans l’appel à la prière. Si cela aboutit à l’altération de la signification de l’appel, il l’invalide. Il ne convient pas d’allonger les voyelles longues excessivement. Une vocalisation exagérée qui entraîne la modification de la signification de l’appel annule celui-ci. S’il ne modifie pas la signification, il est réprouvé. Fatawa de Cheikh Muhammad Ibn Ibrahima, 2/125.

6/ Cheikh Ibn Outhaymine (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : si le muezzin prononce l’appel à la prière mélodieusement, son appel est valide mais réprouvé. S’agissant des erreurs grammaticales, elles relèvent de deux catégories : une catégorie qui entraîne la nullité de l’appel parce qu’elle en modifie le sens, et une autre qui ne fait que le rendre réprouvé. C’est celle qui n’en modifie pas le sens. Si , par exemple, le muezzin dit : Allah Akbaar, son appel n’est pas correct parce que le sens de la phrase est modifié. En effet, akbaar est le pluriel de Kabar (tambour) comme asbab est le pluriel de sabab. » Voir ach-Charh al-mumti, 2/62-63. Allah le sait mieux.



Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid (www.islam-qa.com)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:26

Question :


Question : Doit-on élever la voix dans les prières à effectuer ainsi quand on prie individuellement ? Qu’en est-il de l’adhan et d’al-iqama ?

Réponse :


Louange à Allah

On trouve dans les avis de la Commission Permanente de Recherche (6/392) ce qui suit : « Il a été rapporté de façon sûre que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) récitait le Coran à haute voix dans les deux raka’a de la prière du matin et dans les deux premières raka’a de la prière du coucher du soleil et de celle du crépuscule. De ce fait, la récitation à haute voix constitue une sunna. Les membres de la Communauté du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) sont invités à suivre son exemple conformément aux propos du Très-Haut : «Il n' appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu' Allah et Son messager ont décidé d' une chose d' avoir encore le choix dans leur façon d' agir. Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, s' est égaré certes, d' un égarement évident. » (Coran, 33 :36 ). S’y ajoutent les propos rapportés du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) de façon sûre et dans lesquels on lit : « Priez comme vous m’avez vu le faire ». Si le fidèle en prière récite le Coran à voix basse là où il est supposé le faire à haute voix, il est sensé s’écarter de la Sunna. Mais sa prière n’en devient pas nulle.

Le musulman doit par conséquent réciter à haute voix dans la prière de l’aube et dans les deux premières raka’a de la prière du coucher du soleil, dans celle du crépuscule et dans celle obligatoire du matin. De même, il doit réciter à voix basse dans la troisième raka’a de la prière du coucher du soleil et dans les deux dernières raka’a de la prière du crépuscule. Le fait d’élever ou de baisser la voix dans la lecture au moment approprié est un acte recommandé dans le cas de celui qui prie individuellement selon l’imam ash-Shafi’ et d’autres. Les hanbalites disent que le prieur isolé a le choix entre la récitation à haute voix et la récitation à voix basse » (Voir al-Moufassil li ahkam al-mar’a par Dr Abdoul Karim Zaydan, p. 220).

Quant à la deuxième partie de la question, voici ce qu’en disent les avis de la Commission Permanente de la Recherche, 6/56 : « Il est permis au fidèle de prier individuellement sans adhan. Mais s’il se trouve en brousse ou dans un champ éloigné ou un endroit similaire, il lui est recommandé de procéder à un appel à la prière, même s’il priait tout seul. Dans tous les cas, il lui est recommandé de procéder à al-iqama compte tenu de la généralité des textes et des propos adressés par Abou Saïd al-Khoudri (P.A.a) à Abou Allah al-Ansari : « Je me rends compte que tu aimes le bétail et la brousse. Quand tu te retrouves au milieu de tes bêtes en pleine brousse et veux procéder à l’appel à la prière, faites-le à très haute voix. En effet, tout humain ou djinn qui entend la voix du muezzin témoignera en sa faveur au jour de la Résurrection ». Abou Saïd dit : je l’ai entendu du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) (rapporté par al-Boukhari, 1/151). C’est d’Allah que vient l’assistance. Puisse Allah bénir et saluer notre Prophète Muhammad, sa famille et ses Compagnons.



Islam Q&A
Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid (www.islam-qa.com)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:27

Le statut du adhan enregistré puis diffusé


Question :

Est-ce que le Adhân [appel à la prière] est Sounnah pour les prières obligatoires prescrites, et quel est l'avis pour ce qui est du Adhân donné à partir d'un enregistrement [magnétophone] quand il n'y a aucun muedhin qui peut le faire normalement ?

Réponse :

Le adhân est fardh kifâyah [une obligation communautaire], et celui-ci est lié au fait d'annoncer que le temps de la prière a commencé et c'est une invitation à venir et prier. Il n'est pas suffisant de mettre un enregistrement pour le adhân quand le temps de la prière est arrivé. Les Musulmans dans toutes les régions dans lesquelles la prière régulière est appliquée se doivent de nommer un des leurs afin de faire le adhân correctement quand le temps de la prière commence. [1]


Question :

J'ai entendu que certaines personnes dans les pays musulmans enregistrent le adhân des Deux Sanctuaires Sacrés [haramayn al-sharafayn] et diffusent cela dans les haut-parleurs à la place du muedhin. Est-ce qu'il est permis de faire la prière [avec le adhân fait de cette manière] ? Pouvez-vous nous répondre avec des preuves [ad-dalîl] tirées du Qor'ân et de la Sounnah, et avec un commentaire simple ?

Réponse :

Il n'est pas suffisant de faire le adhân prescrit pour les prières obligatoires à travers un adhân déjà enregistré. Le muedhin [celui qui appel à la prière] se doit plutôt d'appeler à la prière lui-même, parce qu'il a été prouvé que le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a commandé que le adhân soit fait, et le principe de base à propos d'un ordre [donné par le prophète] est qu'il est obligatoire. [2]


[1] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-'Ilmiyyah wal-Iftâ, vol-6 p.68-69
[2] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-'Ilmiyyah wal-Iftâ, vol-6 p.68-69
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:27

Les salutations à la mosquée et l'iqama salat



Question :

Certaines personnes, lorsqu’elles entrent à la mosquée à un moment proche du deuxième appel à la prière (Iqama), restent debout en attendant l’arrivée de l’imam et délaissent, ainsi, les deux rak3as de salutation (ta7yat ul-masjid) de la mosquée.
Quelle est la règle religieuse au sujet de cela ?


Réponse :

Si la durée est courte, de sorte qu’il n’y a pas assez de temps pour effectuer ces deux rak3as de salutation, il n’y a pas de mal à cela.


Et s’ils ne savent pas quand vient l’imam, la meilleure des choses à faire est de prier ces deux rak3as.


Si jamais l’imam arrive et le deuxième appel à la prière est effectué alors que tu te trouves dans la première rak3a des deux rak3as de salutation de la mosquée, alors tu "arrêtes" cette prière (ta7yat ul-masjid) et si tu te trouves dans la deuxième rak3a, tu termines ta prière de salutation de la mosquée en l’écourtant (khafifatan).

_________________

Source : Fatawi arkan al islam (Chapître : Fatawi as-salat, question 228, page 309)
Auteur : Cheikh Mohammad Ibn salih al ’outhaymine, rahimahou Allah
Traduction : Abu Abdillah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:29

L’appel à la prière est-il obligatoire ?


Question :


L’appel à la prière est-il obligatoire ? Nous sommes étudiants dans une faculté et nous prions dans un lieu de prière… Devons-nous lancer un appel avant de procéder à la prière, même si nous entendons des appels lancés à partir d’autres mosquées ?


Réponse :

Louange à Allah

Premièrement, le terme « adhan » signifie linguistiquement : informer. C’est pourquoi Allah le Très Haut dit : « Et fais aux gens une annonce pour le Hajj…» (Coran, 22 : 27) c’est-à-dire : informe-les. Du point de vue religieux, c’est un geste cultuel qui consiste à annoncer l’entrée du temps d’une prière prescrite, grâce à l’emploi de termes consacrés, et selon une modalité particulière.

Deuxièmement, les jurisconsultes sont tous d’avis que l’adhan fait parti des rites publics caractéristiques de l’Islam. leur divergence de vues ne porte que sur son statut. On a dit qu’il constitue une obligation communautaire. C’est l’avis de l’imam Ahmad choisi par Cheikh al-islam Ibn Taymiyya et Cheikh Ibn Outhaymine, un de nos contemporains (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde). L’on a dit encore que c’est une Sunna bien confirmée. C’est le premier avis qui est juste. Et si quelqu’un procède à l’adhan, les autres échappent au péché. La sunna corrobore cet avis comme suit :

Malick ibn al-Houwayrith dit : nous nous rendîmes auprès du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) à notre jeunesse et restâmes vingt nuits à ses côtés. Clément et doux, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) crut que nous avions la nostalgie de nos familles et il nous interrogea à propos des membres de nos familles laissés derrière nous et nous l’en informâmes. C’est alors qu’il dit : rejoignez-les, restez avec eux et apprenez leur de faire procéder à l’appel à la prière à l’arrivée de son temps et de laisser le plus âgé d’ente eux leur diriger la prière. (rapporté par al-Boukhari, 602 et par Mouslim, 674). La version d’al-Boukhari (n° 604) se présente en ces termes : « quand vous êtes tous les deux en sortie, que l’un de vous lance l’appel à la prière et que le plus âgé d’entre vous dirige la prière ».

Selon la version d’at-Tirmidhi (205) et d’an-Nassaï (634) Malick ibn al-Houwayith a dit : nous nous rendîmes, un cousin et moi-même, auprès du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) et il nous dit : « Quand vous êtes en voyage, appelez à la prière, annoncez l’imminence de son commencement et que le plus âgé d’entre vous vous serve d’imam ». (déclaré authentique par al-Albani dans « Irwa al-Ghalil, 1/230.

Ces deux hadith indiquent que l’appel à la prière est une obligation communautaire puisque le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) avait donné l’ordre qu’une seule personne procédât à l’appel à la place de tous et il n’avait pas donné l’ordre aux groupes de procéder à des appels répétés. Voir Tawdhih al-ahakm, 1/424.

An-Nawawi a dit : « Le hadith indique que le lancement de l’appel à la prière et la célébration de celle-ci en groupe incombent aux voyageurs. Il implique encore une exhortation à maintenir cette pratique aussi bien en cas de voyage qu’en cas de séjour.

Charh Mouslim, 5/175.

Les ulémas de la Commission Permanente ont dit : « L’appel à la prière et l’annonce de l’imminence de son démarrage sont une obligation communautaire, si un muezzin lance dans une localité un appel audible à tous, cela suffit. Car il n’est pas nécessaire que chaque groupe isolé lance son propre appel à la prière. Cependant il reste préférable de ne pas abandonner l’appel , même si l’on prie seul.

La Commission Permanente a été interrogée en ces termes : est-il nécessaire de lancer l’appel à la prière à l’aide de hauts parleurs et à partir de toutes les mosquées du quartier, même si l’on sait qu’un seul appel est audible pour tous ? Ou suffit-il de lancer un seul appel à partir de l’une des mosquées du quartier ?


Réponse


L’appel à la prière est une obligation communautaire. Si un seul muezzin le lance audiblement dans un quartier, cela suffit. Mais il est permis aux membres de chaque mosquée de procéder à l’appel compte tenu de la portée générale des arguments … cela dit, il vaut mieux que vous procédiez à l’appel à la prière, même si vous n’êtes pas obligé de le faire.. Allah le sait mieux.



Islam Q&A (www.islam-qa.com)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:30

Entrer dans la mosquée pendant l'appel à la priere



Question :

Si j’entre dans la mosquée et que le muezzin appelle à la prière, est-ce qu’il est meilleur de prier tahiyyat al-masjid ou répéter après le muezzin ?


Réponse :

Cela dépend. Si vous entrez dans la mosquée quand le muezzin fait l’appel à la prière du Djoumu’ah, et que le khatîb est sur le minbar, dans ce cas nous disons qu’il est préférable que vous vous dépêchiez de prier Tahiyyat al-masdjîd [prière de salutation de la mosquée], et vous ne devriez pas attendre jusqu’à ce que le muezzin ait fini [son appel], car se préparer à écouter la khutbah est plus important que de répéter après le muezzin, puisque qu’écouter la khutbah est une obligation, alors que de répondre au muezzin n’est pas obligatoire.

Mais si l’adhân n’est pas pour la prière du Djoumu’ah [du Vendredi], alors est il meilleur pour vous d’attendre debout jusqu’à ce que vous ayez répondu au muezzin, et de dire la du’â [invocation] célèbre après le adhân [appel à la prière] :

« Allâhoummah Rabba hadhihi ad-Da’ wati at-Tâmati, was-Salat al-Qâ-îmati, Âti Muhammadan al-Wassîlata wal-Fadhîlata, wab’athhou mouqâman mahmoudan al-ladhî wa ’adtahou, hallat lahou chafâ’ati Yawma al-Qiyâma » :

« Seigneur, Maître d e cet appel parfait et de cette présente prière, accorde à Muhammad al-Wassîla et al-Fadhîla et assigne lui un rang digne de louange, méritera l’Intercession au Jour de la Résurrection. » ( Rapporté par al-Bukhârî)

Après cela vous pouvez prier Tahiyyat al-masdjîd.



source : Madjmu’ Fatâwa de Ibn ’Uthaymîne, vol-14 p.295
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:30

Entrer dans la mosquée pendant l'appel à la priere


Question :

Je suis entré dans la mosquée au moment où l’on lançait l’appel à la prière.. Devais-je effectuer la prière de salutation à la mosquée ou attendre la fin de l’appel à la prière ?


Réponse :

Louange à Allah

Il vaut mieux que l’intéressé réponde d’abord à l’appel puis procéder à la salutation de la mosquée, afin de réunir les deux vertus. La pratique est souple dans ce domaine.

C’est Allah qui nous assiste.

Puisse Allah bénir et saluer notre Prophète Muhammad, sa famille et ses Compagnons.



La Commission Permanente pour les Recherches Scientifiques et la Consultation Religieuse,7/373. (www.islam-qa.com)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:31

Répéter les paroles du muezzin ou saluer la mosquée par la prière



Question:

Si j’entre dans la mosquée au moment où le muezzin lance son appel à la prière, faut-il que j’attende la fin de l’appel avant de prier en guise de salut à la mosquée ou faut-il le faire sans attendre la fin de l’appel ?


Réponse:

Louange à Allah

Il vaut mieux qu’il réponde au muezzin puis prononce les prières prévues à cet effet puis salue la mosquée. Cependant certains ulémas ont établi une exception à cette règle et l’ applique au cas de celui qui entre dans une mosquée le vendredi au moment où le muezzin lance le deuxième appel. Celui-là prie d’abord pour saluer la mosquée et se consacre ensuite à l’écoute du sermon. Ils expliquent l’exception en disant que l’écoute du sermon est un devoir contrairement à la répétition des paroles du muezzin et que l’accomplissement d’un devoir passe avant l’observance d’un acte non obligatoire. Fatawa arkane al-islam par Ibn Outhaymine, p. 28.

Certains ulémas soutiennent que la meilleure manière de réconcilier les deux intérêts consiste à se conformer à l’ordre concernant la répétition des paroles du muezzin avant d’effectuer deux légères rak’a. Allah le Très Haut le sait mieux.



Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid (www.islam-qa.com)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:32

L'appel à la prière à son début

'Abdallâh Ibn 'Omar (رضي الله عنهما) a dit : Au début de leur arrivée à Médine, les musulmans se réunissaient à l'attente des prières tant que personne n'y faisait l'appel. Un jour, comme on s'entretenait de ce sujet, un des fidèles dit : "Servez-vous d'une cloche à l'exemple des chrétiens".
- "Non, dit un autre, recourez-vous à une trompette à l'exemple des juifs".
- "Pourquoi, demanda 'Omar, ne chargeriez-vous pas un homme de faire l'appel à la prière?". L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) dit alors : "Ô Bilâl! Lève-toi et appelle à la prière".mouslim
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:32

Début de l’appel à la prière



Question :

Question J’ai appris que la façon musulmane d’appeler à la prière est connue depuis le temps d’Ibrahima (PSL) car Allah dit dans Son livre : « Annonce aux gens le pèlerinage… ». Est-ce vrai’


Réponse :

Louange à Allah

Certains l’ont effectivement affirmé. Mieux, d’autres vont même plus loin en soutenant que l’adhan était connu chez les prophètes depuis la descente d’Adam sur terre.

D’autres disent qu’il est rapporté du prophète Ibrahim à qui son Maître a dit : « Et fais aux gens une annonce pour le Hajj. Ils viendront vers toi, à pied, et aussi sur toute monture, venant de tout chemin éloigné, » (Coran,22 : 27). Cette affirmation est étrange et inexacte. Ce qui est juste c’est que l’adhan fut institué à l’époque du Messager d’Allah à Médine et non à La Mecque ni au cours de l’ascension comme l’affirment certains hadiths faibles. Ibn Hadjar dit : « Parmi les choses les plus étranges concernant le commencement de l’appel à la prière figure ce hadith rapporté par Abou Cheikh par une voie de transmission comportant un inconnu et attribué à Abd Allah Ibn Zoubayr qui aurait dit : « L’adhan est inspiré par l’appel d’Ibrahim évoqué dans ce verset : « Et fais aux gens une annonce pour le Hajj. Ils viendront vers toi, à pied, et aussi sur toute monture, venant de tout chemin éloigné, » (Coran, 22 : 27). Il ajoute : « le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui ) a fait appeler (à la prière) ». (Voir al-Fateh, 2/280). Quant à l’adhan attribué à Adam, il est faible. A ce propos, Ibn Hadjar dit encore (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) : « Ce qu’Abou Nou’aym a rapporté dans al-Hilya par une voie de transmission comportant des inconnus et selon quoi Gabriel lança un adhan, histoire d’annoncer la descente d’Adam du paradis ». est aussi faible (Voir al-Fateh, 2/280).

Des hadith authentiques indiquent que l’institution de l’appel à la prière remonte à l’époque du séjour médinois du Prophète ( bénédiction et salut soient sur lui ). Cela s’atteste dans plusieurs textes dont les suivants :

- Nafi rapporte qu’Ibn Omar disait que quand les musulmans arrivèrent à Médine, ils se réunissaient et attendaient la prière sans qu’un appel fût lancé pour y inviter les gens. Un jour, ils engagèrent une discussion sur ce sujet. Les uns proposèrent l’utilisation d’une cloche comme les chrétiens et les autres optèrent pour l’usage d’une corne à l’instar des juifs. (Puis Omar dit : pourquoi n’envoyez-vous pas quelqu’un pour annoncer l’heure de la prière. Sur ce, le Messager d’Allah dit ; « ô Bilal, lève-toi et appelle à la prière ». (rapporté par al-Boukhari, 569).

- Abou Omyr rapporte d’Anas qui le tenait de ses oncles issus des Ansar que le Prophète se préoccupa de la recherche de la meilleure manière de rassembler les gens pour la prière. On lui suggéra l’utilisation d’un drapeau dont le déploiement indique l’arrivée de l’heure de la prière et impliquerait que ceux qui le constateraient informeraient les autres. Mais cet avis ne rencontra pas son agreement. Puis on lui mentionna l’usage d’une trompette comme les juifs, ce qui le fait dire en guise de désapprobation que c’était une affaire de juif. Puis on évoque l’usage d’une cloche à la manière des chrétiens, ce qu’il récusa en disant que c’était aussi une pratique chrétienne. Abd Allah Ibn Zayd Ibn Abd Rabbih quitta la scène très préoccupé à cause du souci du Messager d’Allah. Puis il fit un rêve au cours duquel on lui montra l’adhan. Dès le lendemain il se présenta au Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) et lui dit : ô Messager d’Allah : « J’étais à moitié endormis quand quelqu’un vint me montrer la modalité de l’appel à la prière. » Auparavant, Omar Ibn al-Khattab avait fait un rêve identique et l’avait dissimulé pendant 20 jours. Ensuite, il l’en informa qui lui dit : « Qu’est-ce qui t’avait empêché de me le dire ? - « Abd Allah Ibn Zayd m’a précédé et j’ai eu honte… » dit Omar. Le Messager d’Allah dit : « Bilal, lève-toi et fais ce qu’Abd Allah Ibn Zayd te dira. Ainsi Bilal prononça l’adhan. » (rapporté par Abou Dawoud - Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde - dans ses Sunan, 420).

- Une autre version d’Abd Allah Ibn Zayd dit : « Quand le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) ordonna l’usage d’une cloche pour réunir les gens en vue l’accomplissement de la prière, un homme m’apparut en rêve porteur d’une cloche et je lui dit ô esclave d’Allah, vends-tu la cloche ?

- Qu’en fais-tu ? Me dit-il

- Nous l’utilisons pour appeler les gens à la prière.

- Ne veux-tu pas que je t’indique un moyen meilleur ?

- Si.

- Tu dis : Allahou akbar, Allahou Akbar, Allahou Akbar Allahou Akbar

Ashehadou an laa ilaha illa Allah

Ashehadou an laa ilaha illa Allah

Ashehadou anna Muhammadan Rassoulou Allah

Ashehadou anna Muhammadan Rassoulou Allah

Hayya ala as-Salat

Hayya ala as-salat

Hayya ala as-salat

Allahou akbar, Allahou akbar

Laa ilaha illa Allah

Ensuite, il recula un peu avant d’ajouter : pour annoncer l’imminence de l’entrée en prière tu dis :

“Allahou akbar

Allahou akbar

Ashehadou an laa ilaha illa Allah

Ashehadou anna Muhammadan Rassoulou Allah

Hayya ala as-salat, hayya al al-falah

Qad qamat as-salat, qad qamat as-Salat

Allahou akbar, Allahou akbar

Laa ilaha illa Allah »

A mon réveil, j’alla en informer le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) . Il dit : « Ce rêve exprime la vérité, s’il plaît à Allah. Va avec Bilal et apprends lui ce que tu as vu et qu’il l’utilise dans l’adhan car sa voix est plus belle que la tienne. » Je partis avec Bilal et je lui appris et il se mit à l’utiliser. Quand Omar Ibn al-Khattab qui se trouvait chez lui entendait l’appel, il sortit traînant son vêtement en disant : au non de Celui qui vous a envoyé ce message porteur de vérité, ô Messager d’Allah, j’avais vu ce qu’il a vu. » le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) : « Allah soit loué. » (rapporté par Abou Dawoud, 499).

Ces hadith indiquent que le commencement de l’institution de l’adhan eut lieu à Médine à l’époque du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) et que l’adhan est une des caractéristiques de cette Umma qu’Allah a placée au-dessus de toutes les autres communautés. Allah le Très Haut le sait mieux.



Islam Q&A
Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid (www.islam-qa.com)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:34

Y a t-il une invocation entre l'iqama et la prière?



Quel est le statut des paroles répétées après le muezzin ? Est-il permis d’invoquer après l’iqama ?

On doit répéter les mêmes paroles que le muezzin, de sorte que la personne qui entend l’appel à la prière, répète les mêmes paroles que le muezzin : lorsque celui-ci dit : « Allah est le plus grand », « Il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah » et autres paroles de l’appel, elle les répète sauf lorsqu’il dit : « Accourez à la prière » et « Accourez à la réussite », elle dit alors : « Il n’y a de puissance ni de force qu’en Allah ».
De même, il est permis de répéter les paroles de l’iqama car c’est également un appel (adhan). Quant à l’invocation après l’iquama, il n’existe rien d’authentique venant du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam).

Source: Fatwa n°49 extraite du livre « Al Muntaqua », volume 3, page 38.


Lever les mains pour invoquer, entre l'appel de rassemblement à la prière Iqâma et le début de la prière. Ce qui a été innové à ce sujet est que l'imam fasse une invocation à ce moment là, et les gens disent Amin après lui tout en levant leurs mains, cette façon de faire est complètement inventée et innovée. Quant à ce que chacun de nous fasse une invocation après l'adhan et après l'iqâma est une chose louable et pourrait être une cause d'exaucement comme cité dans la sounna.

Extraits du livre "Tas-hih el-dou'a" (Correction de l'invocation) du Shaykh Bakr Ibn-AbdAllah Abou-Zayd. Traduit par le frère Abou-Abdillâh El-Wahrâni. Publié et mis en forme sur Al-Mourabitoune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:35

Question : J'ai observé que certains prieurs lèvent leurs mains et font des invocations au moment où le muezzin achève le iqama juste avant le premier takbir de la prière. Celà est-il valable ou non?

Réponse : Ceci n'a aucune origine, il n'est pas rapporté du prophète Surprised qu'il ait fait des invocations entre l'iqama et la prière et il n'est pas rapporté non plus qu'il ait levé les mains à ce moment là. Que personne ne le fasse car ceci est contraire à la sunna.

Cheikh Ben Baz, Barnamaj nour 'ala darbi, cassette n°866
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
makhou313

avatar

Nombre de messages : 436
Age : 37
Localisation : quelque part dans le monde
Emploi : de tout et de rien
Loisirs : l'islam
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   Mar 17 Avr 2007 - 20:35

Est-ce que l'invocation connue que l'on recite après l'Adhan doit aussi être recité après l'Iqamat ?



Question :

Est-ce que l'invocation connue que l'on recite après l'Adhan doit aussi être recité après l'Iqamat ?

Réponse :

Oui [tout à fait] car l'Iqamat est un deuxième Adhan.

L'Iqamat annonce l'execution de la prière, quant à l'Adhan il annonce l'entré de l'heure [de la prière], c'est pour cette raison que le prophète a dit :

" Entre les deux Adhan il y'a une prière [à accomplir], entre les deux Adhan il y'a une prière [à accomplir] "

"les deux Adhan"":C'est à dire l'Adhan et l'Iqamat. L'Iqamat [et aussi] appellé Adhan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sultan.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Adhan et l'Iqama   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Adhan et l'Iqama
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Statut de l'adhan et de l'Iqamah
» La sounna dans l'adhan de la prière de l'aube
» Les erreurs dans l'adhan
» Les actes recommandés dans l'adhan
» Les bienfaits et mérites de l’appel à la prière

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guiss Sa Yonne (Trouver Sa Voie) :: FIQH (La connaissance des droits et des devoirs) :: As-Salat (La Prière)-
Sauter vers: